MineConnect

Temple de la renommée

Les leaders de l'industrie de l'approvisionnement et des services miniers ont prouvé que l'efficacité et la productivité de l'exploitation minière dépendent de la qualité des produits et des services fournis par les sociétés d'approvisionnement minier. Plus de 400 sociétés d'approvisionnement et de services miniers du Nord de l'Ontario peuvent se vanter de leur influence historique dans les camps miniers du monde entier. Le secteur emploie un plus grand nombre de personnes qualifiées que tous les emplois directs dans l'exploitation minière et le raffinage dans le Nord de l'Ontario. Ce sont les chefs de file de l'industrie qui ont créé un secteur industriel majeur reconnu dans le monde entier.

MineConnect rend hommage à ces pionniers - vivants ou décédés - en intronisant un ou plusieurs leaders exceptionnels à son Temple de la renommée lors de chaque assemblée générale annuelle, où le temps, les efforts et les compétences que ces visionnaires ont apportés au Nord de l'Ontario sont publiquement reconnus. 

Nominations for the 2024 Hall of Fame inductee will be accepted in fall 2024. 

2023 Guidelines:

Temple de la renommée - Lignes directrices pour les nominations
Taille : 421.1 kB Format : PDF (EN ANGLAIS)

Années d'intronisation

2023 Inductees

Alistair Ross
Alistair Ross

Leadership roles with: Rockcliff Metals, Technica Group, Vale/INCO Ltd, Lonmin South Africa, Magma Copper Company

With over 40 years of experience, Mr. Ross is a seasoned and accomplished leader in the mining industry, known for his passion for mentorship in order to develop true leadership potential within individuals and organizations.

Alistair’s career in mining has spanned six countries across the globe. He’s operated over 20 mines and was involved with the construction of three mines. He has held roles as the President and CEO of Rockcliff Metals; Director and Vice President of Technica Group Inc.; was the Director of Mining Operations for Vale North Atlantic Base Metals, and an advisor to NSS Canada. He served as President of Lonmin’s South Africa Operations, the world’s third-largest platinum producer.

Alistair holds a BSc. Metallurgical Engineering, ARSM and a MSc. Mineral Process Design, DIC from the Royal School of Mines, Imperial College, London University, UK.

Alistair resides in Greater Sudbury with his family.

2023 Inductees

John Mason | Influencer
John Mason | Influencer


Manager of Northwestern Ontario Resident Geologist Program, Ministry of Northern Development and Mines (Retired)

Project Manager for Mining Services, Thunder Bay Community Economic Development Commission (Retired)

Geological Consultant, John Mason and Associates

John Mason, is well known in Ontario's mining industry, and he is the first recipient of MineConnect's new "Influencer" category within its Hall of Fame.

His over-four-decades-long career contributed to advancing mining projects in Northwestern Ontario.

A graduate of Lakehead University’s geology program, for 36 years, he worked for the Ministry of Northern Development and Mines as the Manager of Northwestern Ontario, Resident Geologist Program.
The role was to monitor and stimulate mineral exploration in Northwestern Ontario, through databases and expert field presence. In the summer of 2011, he took an early retirement to join the Thunder Bay Community Economic Development Commission as the Project Manager-Mining Services. The position had been created to maximize opportunities in the mineral and mining sectors, especially in Thunder Bay.

Northwestern Ontario, an area the size of France, is covered with approximately 40 advanced mining projects. Mason used his expertise to link Thunder Bay based exploration/mine service and supply companies with the advancing mineral projects and mines. John was also able to promote significant growth, specific to the number of mine service and supply businesses.

John and his wife, both lifelong Thunder Bay residents, relocated to Muskoka following his retirement to be closer to family. He continues to be involved in the mineral business as a geological consultant.

"I enjoy the work; I enjoy the colleagues. It is very much a people business. I get inspired by the discoveries and the path forward as we all work collectively on these world-class deposits that better society and contribute to our economy at the same time," he said.

Intronisé en 2022

Ross Woodward
Ross Woodward

Président, The Bucket Shop - Timmins

Ross se consacre aux affaires de la communauté et de la région depuis
1981. En tant que directeur général de United Supply, on lui a demandé de sortir l'entreprise d'une situation financière difficile en 1985. Non seulement l'entreprise a été redressée, mais elle est devenue une réussite régionale. Il a saisi l'occasion de devenir propriétaire en 1989 et a fait croître le groupe d'entreprises de façon exponentielle, jusqu'à ce qu'il vende United Supply en 2015.

The Bucket Shop, sa branche de services Steeltec, et la division United Equipment Rental sont les priorités actuelles sous la direction de Ross. Une croyance de longue date à laquelle Ross adhère, est que le changement est constant. Il a embrassé et accepté l'état constant de changement, et l'utilise comme une opportunité de croissance, d'apprentissage et de compétitivité.
avantage.

Il est un fier mari, père, grand-père, mentor et propriétaire d'entreprise. En témoignage de ses valeurs et de ses priorités, il a su équilibrer l'importance de son désir d'être aux côtés de sa femme pendant son combat contre la SLA, et la croissance fulgurante de l'entreprise. N'importe quel collègue approuvera sans réserve l'équilibre réussi qu'il a atteint.

Opérant avec passion et intensité, il conserve une humilité tranquille. Ceux qui ont été en contact avec lui témoigneront de son sens des affaires, de sa générosité, de son mentorat, de sa sincérité, de son influence et de son intégrité. Il a atteint des niveaux extraordinaires sur le plan personnel et professionnel, et possède une énergie et une attitude qui créent un meilleur environnement partout où il va.

Pour Ross, le succès ne se mesure pas aux récompenses, pourtant lui et son entreprise en ont reçu de nombreuses. Il dirige depuis l'arrière-plan, tout en se retrouvant devant. Il permet aux autres de se développer, ce qui renforce sa propre position. Il est un étudiant de longue date, tout en étant le professeur. En bref, il incarne le leader efficace.

Intronisé en 2021

Norbert Hoffman
Norbert Hoffman

Novenco

Norbert W. Hoffmann est né à Strassburg, en Allemagne, en 1940. Après avoir servi dans la marine avec l'OTAN, il a émigré au Canada et a créé sa propre entreprise de construction générale et de maçonnerie. En 1980, il s'est tourné vers le secteur industriel et minier.

En 1994, il a mis au point sa propre formule et son propre procédé pour créer et fabriquer des réservoirs spéciaux en béton polymère utilisés dans les raffineries de cuivre et de zinc, un marché de niche avec seulement deux concurrents au Chili et en Belgique. Les produits de Novenco ont depuis été utilisés par des entreprises comme Teck Cominco, Hudson Bay Mining, Xstrata et Vale (y compris l'usine pilote de cette dernière à Voisey's Bay) et par des sociétés d'ingénierie comme SNC Lavalin et Bechtel.

Au fil du temps, Novenco s'est aventurée dans des domaines tels que les revêtements de sol industriels enduits, les plastiques, les éoliennes, les élingues et les étrangleurs ainsi que la fourniture de briques réfractaires sur des marchés tels que les scieries et les installations de cogénération. Elle sert également d'entrepreneur général et d'entreprise de réparation et d'entretien aux producteurs miniers pendant les arrêts de leurs fours (Timmins, Sudbury et Sault Ste. Marie).

Novenco a poursuivi ses activités de recherche et de développement, travaillant sur des projets gouvernementaux et pour rendre ses réservoirs de signature plus légers et plus résistants aux acides.

Le conseil de Norbert à ses employés et associés est le suivant : "Le service au client est le numéro un, et vous devez lui faire plaisir. Une fois qu'ils ont appris à vous connaître au fil des ans, et si votre service est bon et que le prix est correct, vous êtes dans le coup". Il insiste également sur la nécessité d'une amélioration continue et de la discipline. Il se lève tous les matins à 5h00 et commence la journée en notant tout dans son journal quotidien.

La philosophie de Norbert est personnifiée par son organisation d'un événement annuel "Oktoberfest en juillet" pour les clients, les amis et les dignitaires locaux dans sa ferme de la région de Sudbury.

Son héritage se poursuit aujourd'hui sous la direction de son fils, Erick, sur le site de 7 500 pieds carrés de Novenco dans le parc industriel Valley East à Val Caron.

Selon Norbert : "Cela a certainement été une période intéressante. Je n'abandonnerais le Nord de l'Ontario pour rien au monde, et nous sommes clairement là pour rester."

Regarder la vidéo d'initiation

Intronisés de 2020

Steve Matusch
Steve Matusch

Groupe de technologie ionique

Steve Matusch était un ingénieur et un entrepreneur né. Naturellement curieux, il a toujours voulu savoir comment les choses fonctionnaient, et il aimait développer des solutions aux problèmes. Steve a combiné son amour de l'automatisation (selon ses propres termes "jouer avec de gros jouets coûteux") et son amour des affaires ("le jeu le plus amusant du monde") pour créer un groupe d'entreprises en pleine croissance et très prospère qui emploie plus de 100 personnes et qui a installé des équipements automatisés sur mesure sur tous les continents. Il ne fait aucun doute que le dévouement, l'enthousiasme et la créativité de Steve Matusch ont été déterminants pour le succès du groupe Ionic Technology.

Dans le cadre de son diplôme d'ingénieur, Steve a passé un stage coopératif à la raffinerie de cuivre d'Inco. Il a été fasciné par l'équipement automatisé, en particulier les systèmes de manutention des anodes et des cathodes. Il a décidé : "C'est ce que je veux faire un jour. Je veux concevoir ces engins".

Après avoir obtenu son diplôme, Steve est allé travailler chez Hastech, une division de Linamar Machine à Guelph, en Ontario, une entreprise qu'il admirait beaucoup. Il a travaillé de très longues heures et a progressé du poste de machiniste de production (ingénieur en formation) à celui d'ingénieur de projet, de directeur des matériaux et, en trois ans, on lui a offert le poste de directeur d'usine. Après mûre réflexion, il refuse et déménage à Sudbury pour se joindre à l'entreprise familiale. Steve a travaillé brièvement à la supervision de la construction sur le terrain pour Copper Cliff Mechanical, puis est passé à la gestion de Metex Manufacturing.

Alors que Steve travaillait chez Metex, la raffinerie de cuivre d'Inco lui a demandé de concevoir et de construire un wagon de transfert de ferraille télécommandé. Steve s'acquitte de cette tâche avec succès et apprécie énormément ce travail, qu'il trouve beaucoup plus passionnant que la fabrication d'acier. Il a vu des possibilités dans le domaine de la conception et de l'automatisation à Sudbury, et avec deux autres projets en vue, il a décidé de voler de ses propres ailes. Avec la bénédiction de son père et le soutien de sa femme, Steve a incorporé Vismat Systems et a commencé à travailler à partir de son bureau à domicile en janvier 1999.

Fin 1999, après une première année réussie, Vismat a fusionné avec Stellar Inc pour former Ionic Engineering Limited. Steve s'est concentré sur les équipements automatisés personnalisés. Lui et son équipe grandissante ont développé la goulotte Ionic (maintenant la goulotte Variant Mining Technology) et le premier système robotisé de décapage du cuivre au monde pour Xstrata Kidd Process. Après avoir dépassé les limites de ses installations à Copper Cliff et Sudbury, Ionic a construit un grand atelier d'assemblage dans le parc industriel de Walden en 2003.

L'une des plus grandes forces de Steve était sa capacité à trouver des concepts et des solutions. Lorsqu'il était confronté à un nouveau problème, Steve ne disait jamais non. Il avait presque toujours des idées de solutions, mais si ce n'était pas le cas, il savourait le défi de les trouver. Il partageait son enthousiasme pour les conceptions innovantes mais pratiques avec son personnel, et on entend souvent son équipe dire "Steve dirait...".

Steve était fier d'avoir créé des emplois qualifiés bien rémunérés dans le Nord de l'Ontario. Il était un grand leader qui voulait entendre les commentaires de ses employés et encourageait tout le monde à collaborer. Il croyait qu'il fallait laisser les jeunes apprendre et grandir au sein de l'entreprise et partager leurs perspectives uniques.

En plus d'encourager la collaboration au sein du groupe Ionic, Steve a collaboré avec d'autres personnes et entreprises. Sa philosophie était d'être ouvert aux possibilités, et au fil des ans, lui et son équipe ont développé de nombreux partenariats durables, notamment avec Xstrata, Carriere Industrial Systems, Makami Engineering, CAID Industries, pour n'en citer que quelques-uns.

En plus d'être un leader professionnel inspirant dans le Nord de l'Ontario, Steve était également un pilier influent de la communauté du Grand Sudbury. Sous la direction de Steve, Ionic a fait don de $100 000 à la banque alimentaire de Sudbury en juin 2019.

Steve avait une passion pour les sciences et la technologie et un amour de l'apprentissage qui a duré toute sa vie. Il encourageait les autres à apprendre aussi, en entraînant une équipe de robotique de la First Lego League et en servant de mentor à l'équipe de robotique de l'école secondaire Lo-Ellen Park.

Steve a toujours été enthousiasmé par le fitness, en particulier par la course à pied. Lorsque ses enfants sont nés, il a mis de côté le kayak d'eau vive en faveur des marathons et des triathlons et a terminé une compétition Ironman en 2004. Il a décidé que Sudbury avait besoin d'un " vrai " marathon, et a été le directeur et fondateur de SudburyROCKS !!! Race, Run or Walk en 2005. Il a travaillé sans relâche avec d'autres personnes pour en faire l'événement communautaire et de collecte de fonds réussi qu'il est aujourd'hui. Steve aimait initier les gens à la course à pied et était très encourageant. Sous la direction de Steve, Ionic a continué à soutenir et à parrainer des événements communautaires liés à l'activité physique, comme le Ionic Mountain Bike Tour qui a permis de récolter $39 000 pour le Northeast Cancer Centre.

Merci Steve.

Regarder la vidéo d'hommage
Walter Siggelkow
Walter Siggelkow

Hard-Line

Walter Siggelkow a commencé sa carrière minière en travaillant comme machiniste pour Raise Contracting en 1979 avant de commencer à travailler pour Denison Mines à Elliot Lake en 1981. Au cours des 11 années suivantes, Walter a obtenu ses licences de mécanicien d'équipement lourd, de mécanicien de véhicules à moteur et de mécanicien de camions et d'autocars. Pendant cette période, il s'est spécialisé dans les jumbos hydrauliques électriques. Walter a entretenu la première foreuse changeuse de tiges télécommandée que Sandvik a vendue à la mine.

Un accident de travail a forcé Walter à repenser le chemin de sa vie, il est donc retourné à l'école et a obtenu un diplôme du programme de technologue en génie électronique du Cambrian College en 1991.

Après avoir obtenu son diplôme, Siggelkow a commencé comme technicien de service sur le terrain en installant des télécommandes et est devenu le directeur général de Thompson Technology à Lively, en Ontario. Elle est considérée comme l'une des premières entreprises au monde à offrir des systèmes de télécommande radio clés en main pour n'importe quelle marque de machine dans les applications minières et militaires.

Peu de temps après, Walter a eu la bougeotte de l'entrepreneuriat. C'est là qu'intervient HARD-LINE, une entreprise technologique mondiale. Au cours de l'été 1996, Walter et cinq autres personnes se sont réunies dans son sous-sol pour réfléchir à la manière de mieux créer des systèmes de radiocommande (RRC) pour les équipements lourds mobiles, qui éloigneraient les opérateurs de la cabine et les placeraient dans un endroit sûr et distant.

Propriétaire de HARD-LINE depuis 25 ans, Walter et son équipe ont apporté d'importantes contributions à l'exploitation minière, au nettoyage des déchets, à d'autres industries et à des organisations locales. Walter a voyagé dans le monde entier, travaillant sur des centaines de chantiers en installant ses créations comme le RRC sur différents types de machines lourdes. Outre le RRC, Walter a joué un rôle important dans la création de : la suite TeleOp, la série LP et BackBone Networks, pour n'en citer que quelques-uns.

Bien que Walter ait été très occupé, il a toujours trouvé du temps pour l'éducation locale. En 2018, un partenariat a été forgé entre HARD-LINE et le programme de mécatronique de l'Université Laurentienne de l'École d'ingénierie Bharti. HARD-LINE a pris un engagement d'investissement de $250 000 sur cinq ans. Walter a maintenu une politique de porte ouverte avec un certain nombre de programmes du Cambrian College, du Collège Boréal et des écoles secondaires locales, invitant les étudiants à participer à des stages chez HARD-LINE. Les étudiants acquièrent une expérience de l'industrie avant d'obtenir un emploi à temps plein chez HARD-LINE ou dans d'autres entreprises. Il a également entretenu une relation étroite avec l'équipe de robotique de l'école secondaire Lo-Ellen Park en aidant à financer des voyages et des équipements, tout en invitant des équipes chaque année à Dowling pour faire visiter les installations aux étudiants tout en partageant ses expériences de vie.

Appelez Walter comme vous voulez, créateur, entrepreneur, mari fier et père de trois enfants, grand-père de cinq enfants ; il est passionné par son travail, ses employés et sa communauté.

Intronisés de 2019

Dick DeStefano
Dick DeStefano

Merci à tous d'être ici... et de me donner l'occasion de vous présenter mon père, et mon meilleur ami, Richard.

Alors que j'essayais de développer un certain contexte pour cette introduction, j'ai exploré beaucoup d'adjectifs qui, selon moi, le décrivent... des mots comme...

  • Innovateur
  • Engagé
  • Conduite
  • Passionné
  • Frank
  • Visionnaire

Mais j'ai atterri sur un non-adjectif...le mot CARRIÈRE.

Qu'est-ce qui fait une carrière ?

Selon la définition du Business Dictionary, une carrière est...

Le site ACTIONS pris et PROGRESS faites par une personne tout au long de sa vie, notamment celles liées aux métiers de cette personne. Une carrière est souvent composée des emplois occupés, des titres gagnés et du travail ACCOMPLI sur une longue période.

Quand je lis cela, plusieurs mots ressortent - à savoir

  • Actions
  • Progrès, et
  • Travail accompli

Lorsque je pense à mon père, ces mots décrivent très précisément sa vie. Permettez-moi de vous présenter un bref historique...

Il est né et a grandi à Sudbury... et l'exploitation minière a eu une influence précoce, puisque la première maison familiale se trouvait dans le Crow's Nest à Copper Cliff.

Le succès et l'impact sont venus très tôt en tant que joueur de hockey et de football avec le St. Charles College et Scollard Hall.

Après avoir obtenu son baccalauréat à l'université Western et une maîtrise à l'université du Michigan, il est rentré chez lui et a immédiatement commencé à avoir un impact sur la communauté !

Au début, il a été professeur de lycée, entraîneur de football, de basket-ball et de hockey, et organisateur de ligues.

Parfois, ses méthodes n'étaient pas sans controverse - Comme le mentionne un article sur la ligue de basket-ball d'été qu'il a créée, "...sa "règle de main de fer" lui a valu d'être qualifié à la fois de dictateur et de sauveur !".

Alors qu'il enseignait, il a rencontré Maureen - la fille d'un mineur de Manitouwadge - est tombé amoureux et s'est marié. Il s'est lancé dans la politique locale et est rapidement devenu conseiller municipal. Plus important encore, il est devenu un père pour moi et mon frère Joel, et est maintenant un Nono pour trois incroyables petits-enfants !

En tant qu'homme doté d'une grande curiosité et d'intérêts toujours changeants... Il a continué à relever de nouveaux défis et à étendre son influence...

Il a été conseiller d'orientation professionnelle au Cambrian College, puis à l'Université.

Il a également dirigé plusieurs initiatives de planification stratégique pour la ville... et a été le directeur des Jeux d'été de l'Ontario en 1983, qui ont accueilli plus de 3 000 athlètes.

Il est ensuite devenu commissaire au CRTC... pour finalement devenir propriétaire d'une entreprise.

Il est également resté fidèle à ses racines au fil des ans, en continuant à prendre le temps de jouer une partie ou deux de pétanque avec les garçons de Gatchell !

Je veux revenir sur la définition de CARRIÈRE, comme les mots ;

ACTION

PROGRESS, et

Travail ACCOMPLI

LE PLUS SÛR définit ses efforts au cours des quinze dernières années en tant que directeur exécutif de MineConnect.

Bien qu'il soit un homme de beaucoup, beaucoup de mots - un trait dont je sais que vous êtes bien conscient - il est VRAIMENT un homme d'ACTION.

Il y a 17 ans, en partenariat avec son ami Paul Reid et bon nombre d'entre vous dans la salle, mon père a pris des MESURES.

Il a contacté la communauté des fournisseurs miniers pour évaluer l'intérêt de créer ce qui deviendrait finalement cette association commerciale.

La rumeur veut qu'une offre de petit-déjeuner au restaurant Eddie's ait été une incitation clé pour participer à cette première réunion !

Au cours de dizaines de conversations, de débats et de discussions ultérieurs, il a pu générer suffisamment d'élan pour que les choses démarrent officiellement en 2003.

PROGRESS n'a pas toujours été facile ou sans heurts, car lui et les membres du conseil d'administration ont travaillé pour aider les propriétaires d'entreprises et les dirigeants aux niveaux local, régional et national à comprendre qu'en travaillant ensemble...

Ils pourraient faire connaître le vaste réservoir de capital humain, de pensée innovante et d'expertise technologique qui existe dans le Nord dans ce secteur.

Avec de la persévérance, un engagement singulier et une capacité unique à communiquer la mission et la vision de l'association, des progrès ont effectivement été réalisés.

Des relations ont été établies avec des entreprises et des gouvernements du monde entier - de la Chine à la Russie, en passant par l'Afrique et l'Amérique du Sud - afin de s'assurer qu'ils comprennent l'intérêt de travailler avec vous tous et avec l'association !

Des sources de financement ont été découvertes et garanties, de nouveaux membres ont été recherchés et la sensibilisation et l'impact ont continué à croître.

La liste des RÉALISATIONS sont nombreux !

Bien que mon père apprécie certainement la reconnaissance qu'il a reçue pour ses efforts, sachez que la véritable victoire pour lui a été d'aider MineConnect à devenir une marque autonome et mondialement reconnue.

Grâce à des années de... missions commerciales... de salons miniers... de développement de sites Web... de rédaction d'articles... d'ateliers... d'interviews... et d'engagement direct avec des organisations du monde entier...

Vous, en tant que membres de MineConnect, êtes maintenant dans une position enviable !

Vous disposez d'un mécanisme pour créer des partenariats uniques, trouver de nouveaux clients, maximiser votre croissance et votre potentiel...

et faites une différence dans l'industrie et dans vos communautés.

Pour mon père, c'est le type d'accomplissement qui compte le plus !

C'est avec beaucoup de fierté et d'admiration que je peux vous dire que l'impact de mon père est tangible et visible...

Pas seulement dans cette pièce,

Mais à travers cette ville et cette région... et au-delà !

J'aimerais terminer par une courte histoire personnelle...

Il y a plusieurs années, je traversais une période difficile au travail. Les choses étaient accablantes, j'essayais de résoudre ce qui me semblait être une liste croissante de problèmes, et j'avais l'impression de perdre du terrain.

Ma frustration s'est infiltrée dans ma vie familiale et je devenais un mari et un père que je savais ne pas vouloir être.

Alors que je partageais ma douleur et que je m'épanchais, il m'a écouté tranquillement et, plus tard dans la nuit, il m'a envoyé une citation de Ralph Waldo Emerson, que je porte encore en moi aujourd'hui.

Il se trouve dans ma voiture, dans ma visière, et les jours difficiles, je gare la voiture dans l'allée, je le sors et je me le lis à moi-même.

Eh bien, je l'ai relu la semaine dernière et j'y ai réfléchi d'un point de vue différent.

Les mots... pour moi... peuvent aussi s'appliquer directement à une personne qui a terminé une étape de sa carrière et qui est prête à commencer une nouvelle aventure.

Laissez-moi partager la citation avec vous maintenant... et la rendre à mon père !

Terminez chaque journée et finissez-en avec elle.

Vous avez fait ce que vous pouviez.

Quelques maladresses et absurdités se sont sans doute glissées dans le texte ; oubliez-les dès que vous le pouvez.

Demain est un NOUVEAU JOUR.

Vous la commencerez sereinement et avec un esprit trop élevé pour vous encombrer de vos vieilles bêtises."

Papa - alors que VOUS commencez VOTRE nouvelle journée, sachez combien maman... Joël... moi... et toute notre famille sommes FIERES de vous.

Vous avez certainement fait ce que VOUS pouviez et accompli beaucoup !

Et nous sommes impatients de voir ce que demain vous apportera !

Veuillez m'aider à accueillir, mon père....et le fondateur de MineConnect...

Richard DeStefano ! !!

Intronisés 2018

Dr. Roy Slack, P.Eng.
Dr. Roy Slack, P.Eng.

Cimentation

Je remercie le comité de sélection de MineConnect pour cette reconnaissance. En tant que prestataire de services à vie, être reconnu par mes pairs au sein de MineConnect, le plus grand conglomérat de prestataires de services miniers au monde, est vraiment un grand honneur.

Bonjour mes amis et merci beaucoup pour ce grand honneur. Je veux parler à tous les gens ici aujourd'hui de mon amour pour les constructions des mines.

En tant qu'étudiant, j'ai travaillé deux étés chez Geco à Manitouwadge et l'une de mes tâches consistait à inspecter les puits. Je me souviens avoir essayé de comprendre comment quelqu'un avait pu construire ce puits en béton. Lorsque j'ai obtenu mon diplôme, j'ai commencé ma carrière en tant qu'entrepreneur, travaillant pour Redpath au puits de la Mine Seleine aux Îles de la Madeleine. Par coïncidence, il s'agissait d'un projet que Cementation avait sous-traité à Redpath, car Cementation quittait l'Amérique du Nord à l'époque. De l'Isle de la Madeleine, je suis allé jusqu'à Timmins sur le puits Dome No8 et ensuite jusqu'à Hemlo. De là, je suis allé à Val d'Or pour faire le projet Chimo. J'ai également géré les études d'ingénierie pour le puits Craig et pour le puits Kidd No.3 pendant cette période.

En 1988, une société minière m'a fait une offre intéressante en matière d'exploitation. J'ai respectueusement refusé. Il était trop tard. J'étais déjà amoureux de la construction de mines.

En 1989, Risto Laamanen et Stan Bharti m'ont fait une offre que je ne pouvais pas refuser et je suis devenu associé de BLM Mining Services. Je n'avais aucune idée de la façon de démarrer ou de diriger une entreprise, mais cela ne nous a certainement pas ralenti. Il y a eu beaucoup de moments Maalox et l'établissement de relations avec la banque et d'autres choses dont je ne parlerai pas. Mais un de ces moments est important à noter ici. Au début de l'histoire de l'entreprise, un client a fait faillite et nous avons perdu beaucoup d'argent, nous n'avions pas de liquidités pour payer nos fournisseurs. J'ai parlé à chacun d'eux et je me suis engagé à les payer intégralement, ce que nous avons finalement fait. Je n'oublierai jamais le soutien et la compréhension de la communauté des fournisseurs de la mine de Sudbury. Certaines de ces entreprises sont ici aujourd'hui. Merci.

Donc, de 1989 à 1995, j'étais à Sudbury (Lively en fait). En 1990, je crois que Mauno Kohtakangas est venu nous voir. Mauno était un employé de longue date de Falconbridge et vivait à Onaping. Il a dit que son fils travaillait à North Bay chez Denis Netherton Engineering et qu'il y avait une chance que nous ayons un emploi pour lui à Sudbury. J'ai embauché Eric pour travailler au quart arrière sur une installation de convoyeur à Stobie, et avant la fin du travail, il dirigeait le quart. Nous n'avons jamais regardé en arrière. Et quelques années plus tard, nous avons acheté Denis Netherton Engineering, qui est aujourd'hui Knight Piesold, mais c'est une autre histoire.

Au milieu des années 90, Stan transformait BLM d'une entreprise de services en une junior minière. J'ai eu une belle opportunité dans la junior minière, mais mon cœur était dans la sous-traitance. Je suis retourné chez Redpath pendant 2 ans avant de lancer ma propre entreprise, Mine Project Services.

L'un de mes clients était la société Cementation de Doncaster au Royaume-Uni. Ils voulaient rétablir Cementation en Amérique du Nord et m'ont engagé pour évaluer les acquisitions potentielles. Après que j'ai soumis un rapport recommandant Aurora Quarrying pour toutes les bonnes raisons, ils sont revenus vers moi avec un plan B. Au lieu d'acheter une entreprise, pourrais-je en créer une pour eux ? C'est exact, j'étais le Plan B.

Nous avons donc lancé Cementation en 1998, il y a 20 ans. Les gens n'ont toujours pas idée de l'entreprise unique qu'elle est. Elle a été fondée sur le principe du profit comme moyen d'action, et non comme objectif final. Notre vision était de changer l'industrie, de rendre notre travail sûr, pas seulement plus sûr, mais sûr. D'éliminer les relations antagonistes et de faire en sorte que l'ingénierie fasse à nouveau partie du processus de construction, et pas seulement une phase antérieure de celui-ci. Notre objectif, et vraiment notre principe directeur, était de prendre des décisions sur ce qui est "le mieux pour le projet". Mais je tiens à répéter un élément clé de ce concept. Le profit comme catalyseur. Ce que je veux dire par là, c'est que le but de l'entreprise n'est pas de faire de l'argent, le but de l'entreprise est d'améliorer notre industrie et la vie des parties prenantes. Nous générons des bénéfices pour nous permettre de faire ces choses. Ainsi, lorsqu'un ralentissement économique survient, nous ne licencions pas, nos marges diminuent, et ce n'est pas grave. Car nous savons que lorsque les choses reprendront, nos clients et nous-mêmes aurons besoin de ces personnes et notre approche à long terme est ce qu'il y a de mieux pour nos projets et notre industrie.

Lorsque l'on pense à ce qui fait la grandeur d'un pays, on pense parfois au PIB et à la puissance militaire, mais ce qui fait la grandeur d'un pays, c'est la façon dont il traite tous ses citoyens et ses voisins. Il en va de même pour les entreprises. Nous sommes devenus une grande entreprise en termes de taille et d'influence mais, plus important encore, Cementation est une bonne entreprise et cela se mesure à la façon dont nous traitons nos employés, nos clients et partenaires, ainsi que les communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons.

Alors comment redonner à une industrie qui a été si bonne pour vous ? Certaines personnes font des dons à des causes méritoires, de nombreuses personnes du secteur minier l'ont fait. Mais peut-être n'avez-vous pas $5million ou $10 million qui brûle un trou dans votre très grande poche. La chose la plus précieuse que vous puissiez faire pour rendre la pareille est de donner de votre temps. Faites du bénévolat pour l'ICM, l'ACPE, MineConnect ou une autre organisation dont les valeurs correspondent aux vôtres et qui, selon vous, peut faire la différence. Votre temps est le plus beau des cadeaux.

L'importance du passage du projet Totten à la mine Totten est l'aboutissement d'un énorme effort de la part de toute la communauté minière. Construire quelque chose qui fournira des minéraux qui amélioreront la qualité de vie des Canadiens, renforceront et amélioreront la vie de nos peuples autochtones, et le faire avec un engagement à protéger l'environnement, est une profession vraiment noble.

En conclusion, je suis tombé amoureux de la construction de mines, puis de la construction d'entreprises pour construire des mines. Le processus, du concept à la conception jusqu'à l'achèvement, et les personnes qui font le travail, m'inspirent toujours une grande admiration. Notre industrie, l'industrie des services miniers, continue de s'efforcer de rendre notre travail sûr et efficace afin que davantage de nos clients puissent réaliser leur rêve d'avoir une mine en exploitation. Nous voulons simplement réaliser notre rêve de la construire pour eux.

Je vous remercie encore une fois pour ce grand honneur et pour votre attention.

Dr. Roy Slack, P.Eng.
Président Cementation Canada.

Intronisés de 2017

Tom C. Palangio
Tom C. Palangio

Wipware Inc.
Par Thomas Palangio (le fils de Tom)

Les grandes choses naissent d'humbles débuts

Certaines des personnes les plus extraordinaires ont eu des débuts modestes.

L'histoire de Tom a commencé lorsqu'un couple d'immigrants italiens a choisi de s'installer dans le nord de l'Ontario. Son grand-père était ingénieur ferroviaire et, par hasard, il était stationné à North Bay ; leur famille était nombreuse et fut l'une des premières à fonder la ville. La lignée de Tom est imprégnée d'ingénierie, de hockey et de bière - tous les ingrédients du parfait mâle canadien !

Heureusement, le hockey et la bière n'ont pas pris, mais l'ingénierie...

En 1965, un Tom ambitieux a déménagé dans le sud de l'Ontario à la recherche de l'illumination. Il a su qu'il avait réussi lorsqu'il a rencontré et épousé sa femme depuis 46 ans, Phyllis. Travaillant comme boucher pour financer ses études, le jeune Tom s'est essayé au génie électrique et mécanique, mais a finalement terminé ses études en conception architecturale au Collège Algonquin.

Une fois leurs études terminées, Tom et Phyllis ont véritablement pris conscience de la situation lorsqu'ils sont retournés dans le nord de l'Ontario. Ils se sont finalement installés à Bonfield où ils ont construit une maison pour leurs trois enfants et ont commencé leur vie très "hippie" dans les bois.

N'étant jamais un lâcheur, Tom a ironiquement commencé sa carrière professionnelle dans le domaine électrique avec Ontario Hydro.

Mais vraiment - qui ne veut pas faire exploser des choses ?

Comme prévu, lorsqu'une opportunité s'est présentée chez DuPont (plus tard ETI), il a accepté, et c'est ainsi qu'a commencé son histoire d'amour avec les explosifs... heureusement pour lui, sa femme était infirmière. Après 27 ans chez DuPont et ETI, il a gravi les échelons jusqu'au poste de spécialiste technique, où il s'est rapidement rendu compte que la mesure de l'explosion pouvait être une niche lucrative.

Et c'est ainsi qu'en 1986, le quatrième enfant de Tom, WipFrag, est né. En collaboration avec John Franklin et Norbert Marez des divisions Terre et Informatique de Waterloo, le Waterloo Image Enhancement Process, ou WIEP, a été créé. Reconnaissant l'importance et le potentiel de vente de leur découverte, le trio a formé WipWare pour poursuivre le développement et la commercialisation de la technologie à l'échelle internationale. Une annexe de la maison Palangio a été construite pour abriter WipWare qui a rapidement fait des affaires à l'échelle mondiale depuis Bonfield - population actuelle de 1 975 habitants. Mais "entreprise à domicile" n'est qu'un autre terme pour "bourreau de travail" et peu de temps après, le 145 Palangio Road abritait également Bonfield Mining Group et Topex.

Pendant les décennies suivantes, Tom s'est concentré sur WipWare, tout en faisant sauter des barrages de castors pour les habitants de la région pendant son temps libre. En conséquence, WipWare s'est développée et a ajouté une foule de technologies complémentaires de vision industrielle à sa liste, et comme la plupart des enfants, a quitté la maison familiale.

Son travail lui a permis d'être payé pour voyager dans le monde entier et travailler sur des projets épiques comme le canal de Panama. Après avoir visité tous les continents et satisfait son envie de voyager, Tom s'est tourné vers des activités plus locales et a obtenu des postes au sein de nombreux conseils d'administration et conseils soutenant l'exploitation minière, les entreprises et les générations futures dans le Nord de l'Ontario.

Parmi ceux-ci, citons : le Blue Sky Mining Cluster, le Ontario Mining Industry Cluster Council, NORCAT, le CIM, le Canadore College, l'Université Nipissing et, bien sûr, MineConnect, où il a rencontré son ami et collègue de longue date, Dick DeStefano.

Tom a plus de 40 ans d'expérience dans les industries minière et des explosifs et plus de 22 ans en tant qu'entrepreneur - 50 si l'on inclut son entreprise de fabrication de beurre. Son succès a été marqué en cours de route par d'innombrables prix, réalisations et reconnaissances - depuis le prix d'excellence technique de l'OACETT jusqu'au fait qu'il a été deux fois lauréat des Prix des entreprises du Nord de l'Ontario pour l'entrepreneuriat et l'innovation.

Il est sans aucun doute un expert dans son domaine.

En tant que directeur technique de WipWare, je suis fier de vous présenter, à mes débuts extraordinaires, mon père, Tom Palangio.

Intronisés de 2016

Don (Ducky) MacLean
Don (Ducky) MacLean

MacLean Engineering
Par Lisa Rennie (la fille de Don)

Qu'y a-t-il dans un nom ? Mon père a de nombreuses facettes, et avec chaque facette de lui, et à chaque moment de sa vie, il avait en fait un nom différent. Vous pouvez toujours dire à quel moment quelqu'un le connaissait, par le nom qu'il lui donnait.

Le fils Donny, était l'aîné des enfants. Le frère Donny, était décrit par sa sœur comme "quelque peu bénin mais toujours une présence observatrice". Les sœurs de Donny racontent qu'il accumulait tous ses bonbons pendant qu'elles mangeaient tous les leurs. Il payait ensuite sa jeune sœur en bonbons pour qu'elle fasse des courses à sa place, tout en la réprimandant pour ne pas avoir gardé ses bonbons. Un capitaliste et un entrepreneur dès le départ.

Donny a suivi les traces de son père, travaillant sous terre et devenant le plus jeune chef d'équipe que la mine ait jamais eu. En même temps que sa descente dans l'ascenseur de la mine, Donny est devenu Ducky MacLean, comme son père Ducky.

Ducky était avant mon temps, mais asseyez-vous autour de n'importe quelle cantine de site minier et les histoires de Ducky abondent. Il était dur et déterminé mais toujours juste, et n'attendait rien de son équipe qu'il n'était pas prêt à faire lui-même. Et lorsque le quart était terminé, il ne restait pas un verre de scotch ou une pinte de bière sur la table.

En 1973, son désir d'être son propre patron s'est concrétisé avec la naissance de MacLean Engineering and Marketing. Il a choisi Collingwood, car c'était là qu'il voulait vivre. Il allait travailler là où il voulait vivre. Je me souviens de ces premières années de l'entreprise, du tic-tac du télex dans la salle d'attente alors qu'un message arrivait d'Afrique du Sud ou d'un autre pays lointain où je n'étais jamais allé. Les retards au dîner parce que papa était au téléphone avec quelqu'un situé à plusieurs fuseaux horaires. Toujours en train de travailler, bien qu'il prétende n'avoir jamais travaillé un seul jour de sa vie, parce que le travail était quelque chose que l'on faisait et que l'on n'aimait pas.

Il est connu pour appeler son équipe de vente à 17 heures le vendredi d'un long week-end. Non pas pour prendre de leurs nouvelles, mais pour poursuivre une discussion qu'il avait entamée lors d'un déjeuner de travail. L'équipe de vente était toujours émerveillée par sa capacité à tenir un sujet pendant tout un repas. Cette éthique de travail lui a bien servi lorsqu'il a constitué une équipe capable de concrétiser sa vision entrepreneuriale.

J'ai toujours été conscient des épreuves et des tribulations et bien sûr des triomphes au fur et à mesure que l'entreprise grandissait pour devenir LE leader en matière de conceptions innovantes ; prenant des risques que beaucoup n'étaient pas prêts à prendre. Papa a l'enthousiasme contagieux d'un entrepreneur, le sentiment d'être capable d'accomplir ce qui semble impossible sans avoir peur de l'échec et sans avoir à se blâmer, mais seulement à apprendre et à aller de l'avant.

Le premier prototype MEMCO a été construit en 1974 et l'entreprise continue de fournir une approche alternative aux solutions uniques. Il prend son rôle d'employeur très au sérieux. Il connaît tous ses employés par leur nom. Une tâche relativement facile avec un effectif de 20 personnes, mais de plus en plus admirable à mesure que MacLean's devenait une entreprise mondiale employant quelque 500 personnes. Quelque part en cours de route, Ducky est devenu Don.

Orateur par nature, ses discours de style État de l'Union rivalisaient avec ceux d'Obama en termes de substance et de longueur. Ces discours comportaient des indicateurs de marché, des opportunités de vente, des contraintes perçues, des informations sur le marché mondial, des stratégies de vente et des commandes. Quelle que soit la tendance du marché, papa incitait toujours à dépenser avec prudence car rien n'est certain. Vous vous souvenez des bonbons accumulés ?

En 1996, MacLean Engineering allait de l'avant en tant que leader dans le domaine du cassage secondaire lorsqu'une opportunité s'est présentée en Afrique du Sud. Cette opportunité était associée à un risque immense, à un moment où MacLean Engineering pouvait difficilement se permettre un échec. Don, qui a toujours cru aux capacités de ses employés et qui était parfaitement conscient du potentiel qu'un succès technique représenterait pour la position mondiale de l'entreprise, a sauté sur l'occasion. Aujourd'hui encore, l'entreprise bénéficie de ces décisions risquées, mais axées sur le marché.

Au début de sa carrière, mon père a dirigé le mouvement visant à éliminer les équipements à chenilles du sous-sol avec l'introduction d'équipements de chargement, de transport et de déchargement à moteur diesel. Ce mouvement a conduit à l'élimination, ou du moins à la limitation de l'existence, des locomotives à moteur électrique. Aujourd'hui, la boucle est bouclée. Mon père dirige maintenant la charge chez MacLean Engineering pour redéfinir leur équipement dans la nouvelle ère des entraînements électriques à batterie pour toute leur gamme de produits d'équipement mobile. Encore aujourd'hui, à l'aube de ses 80 ans, il arrive à l'usine avec du pep's dans la démarche et l'excitation de voir ce qui va suivre.

Bien que je n'aie pas grandi pour prendre place à la table du conseil, Don est devenu papa, et je porte fièrement l'héritage du nom. Pour reprendre les mots de Jim Croce, j'ai reçu un nom, étant nommé le troisième Dawn (Don) MacLean. Je vous invite maintenant tous à entendre le témoignage de Donny, Ducky, Papa, Don MacLean.

Intronisés de 2015

Paul Villgren
Paul Villgren

Sling Choker Manufacturing Ltd.

Né le 6 décembre 1945, il a déménagé de Finlande à Sudbury en 1951 avec sa mère, sa sœur et son frère. Son père est arrivé 1 an plus tôt pour s'établir, il travaillait chez Inco. Mon père est allé à l'école publique de la rue College. Les premières semaines, il se cachait sous le porche de sa maison au lieu d'aller à l'école parce que personne ne pouvait parler finlandais. (Bien qu'il rentrait à la maison pour le déjeuner en disant à sa mère que tout allait bien à l'école).

Il a commencé sa carrière en distribuant des journaux et en travaillant à la station-service Rene's sur Long Lake Road. Lorsque l'atelier était plein et que tous les mécaniciens étaient occupés, il sortait et effectuait des appels de service avec la dépanneuse (par lui-même) pour aider les clients ; il avait alors 15 ans. Il a ensuite obtenu un emploi à l'épicerie Dominion, car il se rendait au travail avec sa propre voiture. Lorsqu'il n'y avait plus d'articles, le gérant envoyait mon père dans le break du gérant pour aller chercher des articles dans d'autres magasins afin de réapprovisionner les stocks. "C'était le break le plus rapide que j'aie jamais conduit", disait mon père. Il avait encore 15 ans à l'époque. Il est allé à l'école des mines de Haileybury et après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé pour Inco et Falconbridge dans les départements d'ingénierie minière pendant un total de 3 ans.

Il voulait travailler dans la vente et est allé travailler pour la société Hugh J O'Neil pendant 5 ½ ans, où il a vendu des équipements et des fournitures pour les mines. Il a vu une opportunité de vendre des fournitures de gréement et a emprunté $ 5000,00 à son père pour acheter une presse et lancer Sling Choker Manufacturing.

Le succès est au rendez-vous et il ouvre d'autres établissements, d'Elliot Lake à S.S.M., dans tout l'Ontario et le Québec, pour un total de 13 établissements. Sa philosophie était la suivante : s'il ne pouvait pas leur vendre une pomme, il pouvait leur vendre une orange. Il a continué à travailler pour obtenir d'autres gammes de produits à vendre.

Il a ensuite créé une autre entreprise avec l'un de ses partenaires, Ground Control, le premier fabricant canadien de cartouches de résine, qui fabrique également des boulons de roche et des boulons d'armature. Ils ont breveté le boulonnage par câble qui a permis aux mines de travailler de manière plus sûre et plus efficace dans le cycle minier.

Il a voyagé dans le monde entier pour exporter des produits et a même vendu en Inde pour l'un des plus grands projets de barrage de l'époque.

Il a créé Willet conveyors qui fabriquait des rouleaux de convoyeurs et des rouleaux fous pour l'industrie minière, les pâtes et papiers et les agrégats.
A acheté Soucie Salo Safety en 1988 avec un autre partenaire commercial, Don Heaphy. A démarré Rezplast Manufacturing qui construit et fabrique des produits en fibre de verre et en plastique. Achat de LOB Blasting Mat à Sturgeon Falls qui fabrique des tapis de dynamitage pour l'industrie de la construction.

En 2000, il a lancé Industrial Fabrication, qui fabrique des véhicules utilitaires souterrains pour l'industrie minière. Lorsque les ordinateurs ont commencé à devenir un outil de plus en plus utilisé dans l'entreprise, il a lancé avec un autre partenaire en 2005 Rock Solid Computer Services pour entretenir les ordinateurs de toutes les sociétés sœurs.

Il a également investi dans l'industrie alimentaire de la région de Sudbury qui s'est très bien développée. Sous le groupe de toutes les entreprises, il y a plus de 400 personnes employées. Une partie de sa philosophie d'entreprise a été d'embaucher les meilleures personnes, y compris les gestionnaires, les vendeurs, les mécaniciens, les préposés aux pièces et le service à la clientèle. N'ayez pas peur de responsabiliser les gens, lorsque vous avez de bonnes personnes, de bonnes choses arrivent. Quelques autres réalisations : il a été pompier volontaire, Northern Ontario Business award. Récipiendaire du prix de l'entrepreneur en 1995, président du conseil d'administration de Canards Illimités Sudbury, où les revenus ont triplé par rapport aux années précédentes, pendant les deux années où il était là. Membre du conseil d'administration de NORCAT. Il aime toujours aller au travail et a toujours le même bureau à Sling Choker. Il prend congé le vendredi pour pouvoir aller au camp de l'île Manitoulin. Mes deux parents vont en Floride pendant quelques semaines en hiver pour s'éloigner du froid. Peut-être qu'un jour, il prendra sa retraite à temps plein, mais cela ne semble pas très probable. Surtout parce que je pense que maman ne le laissera pas faire.

André Ruest
André Ruest

B&D Manufacturing Ltd.

Mon père André Ruest est né en 1961 et a passé les neuf premières années de sa vie dans une petite ville du nord de l'Ontario appelée Cartier. Il fait partie d'une grande famille, le 8e de 9 enfants ayant 6 sœurs et 2 frères. C'est là, dans cette petite communauté soudée, que l'amour et le respect de la famille, des grands espaces et du hockey ont commencé et font encore aujourd'hui partie de son humanité. Quand André avait neuf ans, la famille Ruest a déménagé dans la grande ville d'Azilda, en Ontario, où les matriarches de la famille résident encore aujourd'hui.

C'est difficile à croire, mais mon père avait bien une vie en dehors de B&D. Mon père a toujours été un homme très passionné, 100% dévoué à tout ce qu'il entreprenait, tant au travail qu'à la maison. Il était connu par ses proches comme l'homme qui peut tout faire. Tout le monde pouvait compter sur lui pour n'importe quoi. L'altruisme était une seconde nature chez lui. Il aimait aider les autres et être capable de mettre un sourire sur le visage des gens qu'il aimait.

Mon père a toujours été l'homme des réponses. Même s'il n'avait pas toujours une réponse immédiate à toutes nos questions, ou une solution instantanée à nos problèmes, il y réfléchissait toujours à fond et finissait par trouver un plan d'action. Son niveau d'organisation, sa méticulosité et son souci du détail ont toujours fait partie intégrante de tous les projets de mon père. Comme il le disait souvent, "Si tu ne planifies pas, tu planifies d'échouer". Sa créativité, sa persistance, son intégrité et son dynamisme lui ont permis de réaliser de grandes choses. Je parle au nom de mes frères et de moi-même lorsque je dis que nous avons le plus appris de mon père. Il nous a appris à donner le meilleur de nous-mêmes, à nous battre pour ce que nous voulons et à ne jamais renoncer à nos rêves.

Le succès de mon père, à la fois en tant qu'homme d'affaires et en tant que père, est renforcé par sa forte éthique de travail et sa discipline. Il aimait son travail, mais ce qu'il aimait encore plus, c'était sa famille. Mon père était le père de famille par excellence et ne manquait jamais une de nos activités et voyages en famille. Il était également notre fan de #1. Même si nous savions que notre père était très occupé par son travail, notre vie de famille n'a jamais été compromise du fait qu'il travaillait de longues heures ou qu'il devait travailler le week-end. Cela était possible grâce à tous les sacrifices qu'il faisait. Très souvent, mon père commençait sa journée à 3 heures du matin, pour rattraper son retard au travail, afin de pouvoir passer ses soirées et ses week-ends avec sa famille. Il aimait passer du temps de qualité avec nous et était déterminé à faire partie intégrante de nos vies, ce qu'il a fait.

Mon père appréciait les plaisirs simples de la vie. Être connecté à la nature était sa façon de se ressourcer. Son idée d'une soirée parfaite se passait au chalet, assis au coin du feu, à contempler la lune et les étoiles. Il nous a appris tellement de choses, mais ce qu'il nous a appris le plus, c'est que le bonheur ne se trouve pas dans ce que l'on acquiert et accumule. Qu'il est important d'apprécier les merveilles qui vous entourent chaque jour et d'être reconnaissant. Chaque jour qui passe, je sens la présence de mon père dans mon environnement ; à travers le soleil, la lune, les étoiles, et oui même les nuages et la pluie. Pour lui, c'était si paisible.

Mais qu'en est-il de mon père et de son parcours chez B&D Manufacturing ?

Après avoir obtenu son diplôme de 13e année de l'École Secondaire Rayside, son beau-frère, Gerald Dubois, lui a proposé une offre d'emploi comme apprenti machiniste. Bien qu'il ait obtenu une bourse universitaire partielle pour jouer au hockey et étudier le génie électrique, à l'automne 1980, André a décidé de rester chez B&D Manufacturing pour poursuivre sa carrière de machiniste. André a déclaré que, dès le début, il avait le sentiment que cette entreprise était construite pour le long terme. Sa persévérance, sa loyauté et son dévouement se sont poursuivis dès les premières années, en se rendant sur place et en faisant des démonstrations de l'aléseuse portable Align, jusqu'en 1988, lorsqu'il a été promu au poste de directeur de la production et du service extérieur, et jusqu'en 1997, lorsqu'après la mort tragique de son beau-frère Gerald Dubois, il a pris le rôle de directeur général et, plus tard, est devenu le vice-président des opérations.

André avait toujours une vision d'ensemble. Il connaissait le potentiel de l'entreprise, reconnaissait et encourageait l'équipe talentueuse qui travaillait fidèlement sous sa direction, et engageait sa carrière à faire de cette petite ville du Nord de l'Ontario une entreprise de renommée mondiale tout en défendant l'industrie dans le Nord dans son ensemble.

Sous la direction d'André, B&D Manufacturing s'est diversifiée et a atteint de nouveaux niveaux et de nouveaux publics de façon constante. Il a mené l'entreprise à travers l'acquisition d'Alo-Tech, une entreprise de fabrication basée à Onaping, ON. Il a institué un service complet de développement de nouveaux produits, ce qui a donné lieu à une nouvelle gamme de produits d'entretien pour camions et pelles. Il a développé la présence de B&D Manufacturing à l'échelle internationale, en intégrant avec succès des distributeurs dans le monde entier.

Mais André serait prompt à intervenir à ce stade et à préciser qu'il s'agissait d'un effort d'équipe. Il a toujours mis un point d'honneur à communiquer son appréciation à l'équipe. Dans sa Pensée du mois d'il y a quelques années, André a déclaré : "La plus grande ressource que notre entreprise aura jamais, c'est chacun d'entre nous. Lorsque la confiance et la compétence travaillent ensemble, nous pouvons nous attendre à un chef-d'œuvre. Chaque jour nous offre de nouvelles opportunités et des possibilités infinies". Cette "pensée" incarne André en tant que leader - et il est un véritable leader, dans tous les sens du terme. Il est un mentor admiré par beaucoup et a gagné le respect de tous ceux qui ont eu le plaisir de travailler avec lui. L'ancien président américain John Quincy Adams a déclaré : "Si vos actions inspirent les autres à rêver davantage, à apprendre davantage, à faire davantage et à devenir davantage, vous êtes un leader". La vision d'Andre et ses valeurs continueront à faire avancer B&D, vers de nouvelles opportunités, en regardant vers une plus grande image comme il l'a toujours fait. Andre, en tant que leader, a inspiré de nombreuses personnes chez B&D Manufacturing à rêver plus, à apprendre plus et à faire plus.

Je suis honoré de partager son histoire avec vous aujourd'hui et d'accepter ce prix au nom de mon père et de la famille Dugas-Ruest.

Merci.

Intronisés de 2014

Paul Marcotte
Paul Marcotte

Marcotte Mining Machinery
Par Alicia Woods

Bonjour à tous

Je voudrais commencer par remercier tout le monde d'être présent ce matin. Nous sommes ici pour célébrer les réalisations des leaders de l'industrie et les progrès qu'ils ont réalisés en matière de technologies, de produits et de services.

La famille Marcotte (plusieurs personnes ici avec moi aujourd'hui, ma mère, mon frère, ma sœur, mes tantes et mes oncles) est honorée d'accepter cette reconnaissance au nom de mon père aux côtés de Doug Smith. Doug et mon père ont tous deux apporté des contributions substantielles au secteur minier grâce à leurs solutions innovantes.

Au nom de mon père, je voudrais tout d'abord remercier MineConnect d'avoir créé le Temple de la renommée et de reconnaître ceux qui ont fait progresser l'industrie minière. Merci à Mike Castron pour sa nomination aimable et réfléchie et à Stantec pour avoir parrainé cet événement.

Mon père, Paul Marcotte, est né à Barvue, au Québec, le 29 avril 1955, de Raymond et Patricia Marcotte.
Après sa naissance, la famille déménage plusieurs fois jusqu'à s'installer à Sudbury, en Ontario, à l'été 1967. À l'automne de cette année-là, Paul a commencé l'école à Holy Redeemer, puis a fréquenté l'école secondaire du district de Nickel au début des années 70, poursuivant ses études à Cambrian dans la classe de génie civil. En 1976, Paul a épousé Cathy Hooson et a eu trois enfants, moi-même, Amber et Andrew qui sont tous ici aujourd'hui.

Après avoir obtenu son diplôme, Paul est allé travailler avec son père chez Jarvis Clark jusqu'à ce qu'ils fondent leur propre entreprise Marcotte Mining Machinery avec ses frères Raymond, Pierre et John en 1979.

Marcotte Mining s'est développée au fil des ans, passant des travaux de réparation et de reconstruction à la conception et à la fabrication de nouveaux produits. Elle a ensuite conçu la fonction de déplacement latéral de la plate-forme à ciseaux, qui est devenue une norme industrielle et que l'on retrouve aujourd'hui dans les plates-formes à ciseaux d'autres fabricants. Pour ceux qui ne connaissent pas la nacelle à ciseaux, cette fonction permet à l'opérateur de faire glisser le plateau de 2 pieds dans un sens ou dans l'autre, ce qui le rapproche des murs.
Paul a toujours été le bras droit de son père. Une fois l'entreprise établie, Paul est devenu le vice-président de Marcotte Mining et a conservé ce titre pendant plusieurs années. Quelques jours avant qu'il n'assume le rôle de président, mon père est décédé de façon inattendue en janvier 1992, à l'âge de 37 ans. Tout au long de ces années, Paul a toujours traité tout le monde avec respect ; à son tour, il a été très respecté, se faisant ainsi un nom dans l'industrie minière.

Petite fille, je passais mes week-ends à travailler avec mon père - je me levais à l'aube, je m'arrêtais chez Tim Hortons pour acheter des beignets et des cafés pour les gars qui travaillaient jusqu'à midi. Nous terminions notre journée avec ceux qui venaient faire des heures supplémentaires au Peachies avec de la pizza et de la bière et un Shirley Temple pour moi.

Ce dont je me souviens le plus de mon père, c'est qu'il montrait toujours son appréciation pour le travail que ses employés donnaient à Marcotte Mining. Il était reconnaissant de leurs contributions et, surtout, de leur engagement. Il travaillait avec eux et traitait toujours tout le monde comme il aurait voulu être traité. Lorsqu'il était temps de se rendre sur le terrain et de travailler avec les clients, il faisait preuve de la même intégrité. En grandissant, j'ai toujours voulu être comme mon père. Je voulais suivre ses traces et travailler un jour avec lui chez Marcotte Mining.

C'est grâce à la crédibilité du nom Marcotte et au respect que l'industrie avait pour mon père que j'ai pu facilement entrer dans un rôle non traditionnel dans le monde de l'équipement lourd souterrain.

Il était un grand leader et un ami incroyable, un mari et un père loyal et aimant. Mon père était quelqu'un que j'ai toujours admiré et que je continue à suivre dans ma carrière et dans ma vie personnelle. J'ai toujours admiré la façon dont il traitait ses employés, ses clients, ses amis et sa famille. Il était celui qui gardait tout le monde ensemble.

Encore une fois, c'est un tel honneur d'être ici aujourd'hui pour accepter ce prix au nom de mon père et de la famille Marcotte. Merci d'avoir pris le temps de venir ce matin. Passez de bonnes fêtes de fin d'année en toute sécurité.

Doug Smith
Doug Smith

Manitoulin Transport - Groupe d'entreprises

Bonjour aux membres, aux mécènes fondateurs et aux invités de MineConnect,

Nous sommes ici aujourd'hui pour introniser mon père Doug Smith au Temple de la renommée de MineConnect.

Il a consacré 54 ans à l'édification de Transport Manitoulin et du groupe d'entreprises. Il a une forte éthique du travail et est très soucieux des détails. Encore aujourd'hui, son adjoint administratif doit tailler une demi-douzaine de crayons numéro six chaque matin pour être prêt. Son autre arme secrète est un sac d'Oreos.

Doug Smith est né à Gore Bay en 1933, l'un de deux enfants. La famille Smith était déjà établie dans le secteur de l'épicerie en gros, desservant les magasins généraux, les restaurants et les stations-service de l'île Manitoulin. Après avoir terminé sa 13e année, il est allé travailler à la Banque de Montréal, pendant deux ans à Gore Bay, puis il a déménagé à Toronto pour deux autres années à leur succursale de Mimico, à Toronto. Pour compléter son maigre salaire à la banque, il travaillait tous les samedis et un dimanche sur deux à pomper de l'essence et à entretenir les voitures dans une station-service, et le soir, il jouait de la clarinette dans un groupe.

En 1955, son père lui demande de revenir à la maison pour l'aider dans son commerce de gros. En 1957, ils ont décidé d'ajouter des fruits et légumes frais et congelés à leur gamme de produits d'épicerie. Ils ont acheté un nouveau camion Ford F900 pour transporter les produits frais du Food Terminal de Toronto et d'autres fournisseurs du sud de l'Ontario vers l'Île, Espanola et Killarney. Ils ont également travaillé en collaboration avec Sudbury Wholesale et George Bertrand sur la même propriété que la minoterie de Notre Dame. En 1960, le commerce de gros faisait face à une concurrence féroce de la part de grands concurrents, de sorte que Smith's Wholesale a été vendu à National Grocers.

Mon père a renommé la société exploitante - Manitoulin Transport et a fait l'acquisition de Hill's Transport pour $18 000. La jeune entreprise disposait d'un parc de trois camions porteurs et de quatre semi-remorques. Il a continué à desservir National Grocers et d'autres clients en s'approvisionnant à partir de Toronto. Le transport de retour de l'île était assuré par la Manitoulin Turkey Co-op. Les camions Manitoulin devaient être remorqués, la plupart du temps, pour traverser les collines accidentées d'Espanola, mais en 1961, une nouvelle autoroute a été achevée, permettant à d'autres transporteurs d'accéder à l'Île. En 1965, mon père a contacté Roy Cooper de Cooper's Transport qui détenait un permis de transport de lots brisés de classe A entre l'Île et Sudbury ainsi que des permis de transport pour des entreprises telles que Loeb grocery wholesale, Canadian Liquid AIr et Canada Cement. Cooper avait son terminal de Sudbury dans l'ancien bâtiment de la rotonde du CPR qui se trouvait sur la rue Elm à l'époque. Mon père et Roy Cooper ont convenu de travailler ensemble et de partager les installations. En 1967, Manitoulin Transport et Cooper Transport ont fusionné et ont commencé à offrir un service de nuit entre Toronto et Sudbury.

L'industrie du camionnage des années 1960, 1970 et de la majeure partie des années 1980 était très réglementée. Mon père a passé d'innombrables heures et fait de longs voyages loin de chez lui pour assister aux audiences de la Commission des transports routiers de l'Ontario. Afin d'obtenir un permis pour étendre notre service à d'autres communautés, principalement dans le Nord de l'Ontario, il devait prouver la nécessité et la commodité publiques. Cela signifiait essentiellement prouver que les transporteurs autorisés existants ne fournissaient pas un bon service.

Cela signifiait également qu'il fallait amener les clients existants et potentiels aux audiences, souvent à Toronto, et les faire témoigner à la barre pour dire qu'un nouveau et meilleur service était nécessaire dans la communauté. La concurrence des chemins de fer et des autres grandes entreprises de camionnage était féroce et ils s'opposaient souvent aux demandes de licence, mais mon père a persévéré, ajoutant de nouvelles voies et offrant un niveau de service élevé auquel les clients n'étaient pas habitués. Une audience en 1976 a duré cinq semaines et 129 témoins ont témoigné à l'appui du permis de classe A de Manitoulin au nord de l'autoroute 17. C'était la plus grande et la plus longue audience de l'histoire de la CTSO ! Une semaine entière a été passée à Sudbury où nous avons été appuyés par Inco, Falconbridge, toutes les entreprises de fournitures minières de Sudbury et par le maire de l'époque, Jim Gordon.

Bon nombre des fondateurs de plusieurs fournisseurs miniers actuels de Sudbury et la direction des sociétés minières elles-mêmes ont énormément appuyé Manitoulin au cours de ces années et nous leur devons beaucoup. Ces premiers témoins voulaient un meilleur service et nous nous sommes pliés en quatre pour le leur donner. Mon père a passé cinq ans à chercher le bon endroit pour installer un terminal à Sudbury. En 1978, nous avons été la première entreprise à occuper le parc industriel Walden, alors tout nouveau.

En 1989, deux choses se sont produites, la déréglementation et une récession. Certaines entreprises se sont repliées sur elles-mêmes pour résister à la tempête. Les volumes de fret dans la province ont chuté de 30%. Beaucoup de ces entreprises ont maintenant disparu. Au lieu de cela, mon père a pris cela comme une opportunité d'étendre encore plus nos services. Au cours des 25 dernières années, il a mené une expansion déterminée par croissance organique et acquisition à travers le pays. Aujourd'hui, notre entreprise principale, Manitoulin Transport, dessert plus de points directs que tout autre transporteur au Canada grâce à un réseau de 66 terminaux d'un océan à l'autre.

L'un des mandats de MineConnect est de fournir un " guichet unique " aux clients du secteur minier et des secteurs connexes. C'est exactement ce que nous avons fait en intégrant verticalement le Manitoulin Group of Companies dans l'entreposage, l'expédition de fret aérien et maritime, le service de carburant par l'entremise de New North Fuels, et dans le courtage en douane avec Near North Customs Brokers. Nous offrons un service de transport manuel appelé Expedite Plus partout dans le monde avec des succursales à Hong Kong et au Mexique.

Mon père est un homme très modeste. Il travaille encore tous les jours, a appris à utiliser le courriel et emporte son iPad partout, au grand dam de ma mère. Il n'a jamais été une personne du matin, aime faire une sieste tous les jours après le déjeuner, et brûle l'huile de minuit sur des projets au sein de Manitoulin Transport et dans la communauté. En 2008, il a été investi de l'Ordre du Canada et reconnu "comme un chef d'entreprise, un philanthrope et un champion du développement économique et communautaire dans le Nord de l'Ontario". L'année dernière, il a reçu la médaille du jubilé de diamant lors d'une cérémonie à Toronto. Il a conservé son siège social à Gore Bay avec un personnel de 200 personnes dans une ville de 900 habitants. Il ne prévoit pas de prendre sa retraite et je ne suis pas censé dire le mot R.

Je suis honoré de partager son histoire avec vous aujourd'hui et nous sommes très heureux qu'il ait pu se joindre à nous aujourd'hui.

Intronisés 2013

Bill Fuller
Bill Fuller

Fuller Industrial - Abraflex

Né dans une petite ville du nord de l'Ontario Voici l'histoire partielle de la légende locale, Bill Fuller ; l'histoire d'un entrepreneur classique et d'un partisan de longue date de la région de Sudbury et de l'industrie de l'approvisionnement et des services miniers. Un témoignage d'intégrité, de persévérance et de succès.

Les origines

Bill, l'aîné de trois enfants, est né en 1943 et a grandi à Sherbrooke, au Québec. Son père travaillait dans le marketing et les ventes de machines à injection de pâte et de papier et de plastique pour Ingersoll Rand. Son grand-père, dont il était très proche, avait un atelier d'usinage à Montréal appelé Fuller and Foss.

Les mouvements de cross-country

Bill a déménagé à Montréal pour fréquenter le Collège Loyola et l'Université Sir George William (qui est maintenant Concordia). De là, il est allé travailler pour CP Hotels, dans leur département de traitement des données. Peu après, il a pris un poste dans le département de dynamique des fluides chez Allis Chalmers à Lachine, au Québec. Allis-Chalmers Canada, était un fabricant de machines pour diverses industries, notamment le traitement des minéraux et les pâtes et papiers. Peu après, il a été promu au groupe de traitement des minéraux en tant que superviseur de la production. C'est là qu'il a rencontré sa femme, Donna. C'est aussi là qu'ils ont eu leurs deux garçons, Jeff et Glenn.

Quelques années plus tard, Bill est de nouveau promu à un poste de marketing dans l'Est du Canada et, en 1972, il est muté à Vancouver, en Colombie-Britannique. Toujours prêt à relever un défi, il fait ses valises avec sa jeune famille et déménage à Port Coquitlam. Là, il était un membre actif de l'église et du club Kinsmen et propriétaire d'un beau camp à Bellingham Washington.

N'est-ce pas à Sudbury qu'ils se sont entraînés pour l'alunissage ?

En 1974, Bill a été promu au poste de directeur du district nord d'Allis Chalmers. Il y était responsable des ventes et du service pour le nord-est du Québec, le nord de l'Ontario, le Manitoba et la Saskatchewan. Le hic, c'est que le poste était à Sudbury. Ses amis de Vancouver lui ont logiquement demandé pourquoi il voulait déménager sur la lune. Bill n'a pas été découragé et a trouvé un endroit dans les bois, loin sur les rives du lac Ramsey. Donna a pleuré. Une fois de plus, il a fait ses valises avec sa jeune famille et a traversé le pays en voiture. Cette fois-ci, à Sudbury, en Ontario, un endroit qui deviendra leur maison pour les 40 prochaines années.
Pendant qu'il était à Sudbury, Allis Chalmers a acheté Elliott Rubber and Plastic, où Bill a pris la tête de la nouvelle division en tant que directeur général. C'était en 1988.

La flamme entrepreneuriale s'allume

Elliot Rubber and Plastic produisait des pièces de pompe d'équipement d'origine, des revêtements en caoutchouc, des tuyaux fabriqués à la main et des pièces moulées en uréthane.

Il ne s'agissait pas de la grosse machine d'Allis Chalmers, mais d'une petite entreprise offrant à Bill la possibilité de se lancer dans l'entrepreneuriat.

Bill s'est épanoui dans cette atmosphère. Au cours des trois années qu'il y a passées, il a réalisé d'énormes gains de productivité. Il a également triplé les ventes, la rentabilité et les niveaux d'emploi.

En raison de son succès, il s'est retrouvé sur le radar du siège social et, peu de temps après, il ne pouvait plus travailler sous le contrôle des "comptables de l'entreprise" et a décidé, avec les encouragements et le soutien de ses amis, de ses pairs et de ses associés, de se mettre à son compte.

L'année 1981 est-elle une bonne année pour créer une entreprise ?

Cette année fatidique, Bill est rentré à la maison et a dit : "Donna, j'ai un plan. Je quitte mon emploi, nous hypothéquons la maison et je me lance dans les affaires" C'était la naissance d'Abraflex dont l'activité était le revêtement en caoutchouc, le moulage sous presse en caoutchouc, le moulage en uréthane et la fabrication de bobines de tuyaux.

Un peu d'histoire pour ceux qui n'étaient pas là, ou qui ont essayé d'oublier le début des années 80 :

  • Décembre 1981 Le chômage à Sudbury atteint 31 pour cent
  • Septembre 1981 - les taux d'intérêt ont atteint un pic à 20,75%
  • En 1982, les faillites personnelles et commerciales ont augmenté de 27 % par rapport à l'année précédente.
  • En 1982, Falconbridge a réduit ses effectifs de 25 %.
  • Entre 1981 et 1984, Inco et Falconbridge ont collectivement réduit leurs effectifs de 17 637 à 11 895.
  • En juin 1982, Inco se met en grève, puis suspend ses activités en raison de la faiblesse des marchés.
  • Sudbury devient connue comme la capitale du chômage du Canada.

À l'époque, la dépendance à l'égard d'Inco et de Falconbridge n'était pas une option - Bill a développé une gamme de produits et un marché d'exportation diversifiés par nécessité.

Abraflex desservait le nord de l'Ontario, l'ouest du Canada, les États-Unis, la Russie et l'Amérique du Sud (qui, de façon célèbre et prévisible, copiaient les pièces de pompe qu'il leur vendait). Ils ont fabriqué des pièces pour Weir, Dorr Oliver (maintenant FLS), Krebbs, Drillex et des pièces de suspension de locomotives pour divers clients en Amérique du Nord.

Il y a eu des moments intéressants pour Bill et sa famille pendant ces deux premières années. À un moment donné, apparemment à cause d'une confusion au bureau de l'électricité, il y avait une rallonge chez les voisins alors que l'électricité était temporairement coupée. Il a passé de nombreux jours et de nombreuses nuits sur la route dans sa fidèle camionnette, et Bill était tellement dévoué à réaliser ces premières ventes qu'une fois, il a collé l'anneau du couvercle d'un pot de maçonnerie sur ses fesses pour empêcher le siège de frotter sur la brûlure qu'il avait reçue dans le sauna la nuit avant son départ. (Vous devrez lui demander une explication complète sur ce point).

Les Fuller ont aussi vécu de bons moments. Bill et Donna ont toujours été de grands hôtes et des amuseurs. Il y avait toujours une fête en cours chez eux, sur Greenwood Drive. Un bon exemple est leur célèbre fête annuelle d'appréciation du personnel et des clients, connue sous le nom de "Lamb Roast". Il y avait toujours des saunas, de la natation, du ski nautique, du bateau et des dîners chez eux. Il y a probablement des personnes dans cette salle qui ont été chez Bill et Donna et qui peuvent se souvenir (ou cant☺) d'un bon moment qu'ils y ont passé. Certains ont peut-être aussi fait de la voile avec Bill et Donna sur le voilier qu'ils gardaient à la marina de Tony à Skead - le bien nommé "Sir Owezalot". Lorsque Bill a commencé à gagner de l'argent, il a transformé son bateau en un bateau de course offshore équipé de deux moteurs magnum 454, qu'il a à nouveau nommé à juste titre "Passin' Gas".

Diversification entre les industries

La situation économique difficile du début des années 80, combinée à l'esprit inépuisable de Bill, l'incite à acheter une ferme de pommes de terre de 150 acres. Pour que cela fonctionne et pour rapprocher sa famille, il demande à son jeune frère Jeff de déménager à Sudbury après avoir travaillé aux mines de Wabush, à Terre-Neuve. Jeff Fuller (Senior) reste à Sudbury et devient l'ingénieur électrique en chef d'Inco et, plus célèbre encore, le chanteur principal des Shaft Bottom Boys.

"Green Gables", la ferme de pommes de terre la plus célèbre de Chelmsford, vendait des patates aux épiceries locales et aux restaurants de toute la région. Bill a fait appel à sa main-d'oeuvre (famille) pour faire fonctionner la ferme et ses enfants, Jeff, Glenn et beaucoup de leurs amis ont passé d'interminables nuits et week-ends à ensacher et livrer 750 000 livres de pommes de terre par an.

À partir de là, Bill s'est lancé dans l'"intégration verticale", en achetant un stand de frites pour utiliser les pommes de terre, puis le parking de la rue Elm sur lequel se trouvait le stand de frites.

Toujours à l'affût d'une opportunité intéressante, Bill a même acheté une exploitation apicole. C'était une entreprise amusante et nouvelle. Tout allait très bien jusqu'à ce qu'il soit piqué et apprenne qu'il était allergique. La dernière récolte a eu lieu deux heures plus tard. Il s'est retiré de l'activité apicole.

Bill n'a pas pu résister à l'opportunité de l'immobilier lorsque Donna et lui ont acheté un appartement à plusieurs unités sur Kelly Lake Road. Ils aimaient les revenus locatifs, mais n'étaient pas très friands des nouveaux taux d'intérêt 20%. Lorsqu'ils ont combiné cela avec quelques appels des locataires au milieu de la nuit, Bill a commencé une brève et simultanée carrière d'agent immobilier, ce chapitre s'est également terminé.

Dans les années 90, Bill a acheté Basco Steel Products pour étendre sa capacité de fabrication d'acier et d'atelier d'usinage. Cela lui a permis de se lancer dans la fabrication d'hydrocyclones, de machines de flottation, de pompes complètes, de vannes et de réservoirs de traitement.

Autres réalisations

Bill, a lancé Elastovalve chez Abraflex et l'a cédé à George Melnychuk et Ian Watson. Ils sont devenus prospères dans leur propre droit et une autre histoire de succès d'exportation de Sudbury.

Lorsque les exigences en matière de comptabilité chez Abraflex ont eu besoin d'un peu plus de puissance, Bill a déménagé sa sœur Ginny à Sudbury pour être la directrice financière. Ginny est restée dans le Nord et vit maintenant à Elliott Lake.

Une fois - histoire vraie - Bill a reçu un appel inattendu lui demandant s'il était intéressé par le revêtement d'un grand projet à Toronto. Il en a d'abord ri, mais il a vite compris qu'ils étaient sérieux et Abraflex a reçu le contrat dont on a le plus parlé : le revêtement en caoutchouc des refroidisseurs de bière du Skydome.

Statut actuel

Les deux enfants de Bill, Jeff et Glenn Fuller, sont restés dans le Nord et sont propriétaires d'entreprises. Jeff est propriétaire de Fuller Industrial et Glenn de Northern Logistics - collectivement, ils emploient plus de 200 personnes.
Bill et Donna sont maintenant des snowbirds et s'autoproclament "collecteurs actifs de la sécurité de la vieillesse".

Il consulte toujours Jeff et Glenn dans leurs entreprises.
Bill continue d'être un ambassadeur pour Sudbury, le Nord de l'Ontario et notre patrimoine en matière d'approvisionnement minier.

Un exemple parfait de la réussite du Nord de l'Ontario.

Darryl Lake
Darryl Lake

NORCAT
Par Andrea & Hailey (fille et petite-fille)

Andra : Lorsque mon père m'a demandé si je voulais faire un discours sur lui, j'ai sauté sur l'occasion. Encore une chance de parler de l'une de mes personnes préférées... mon père. Lorsque ma fille aînée et moi avons commencé à parcourir le curriculum vitae de mon père, le mot "impressionné" n'est même pas un mot qui ressemble à ce que nous avons ressenti. Fier, accablé, et très choqué étaient des mots bien plus proches de nos sentiments. J'ai toujours su que mon père était un travailleur acharné, mais cela a mis en perspective à quel point il l'est vraiment. Quand j'étais petit, j'adorais regarder mon père enseigner, j'ai même eu le privilège d'assister à un cours de biochimie quand j'avais 13 ans, juste pour être avec mon père.

Corriger les tests était une autre de mes choses préférées à faire avec papa. Faire semblant de savoir tout ce qu'il enseignait sur les tests de chimie, et même être d'accord avec les notes en rouge. Je ne peux pas commencer à comprendre ce que mon père a dans son grand esprit, mais le voir au travail me permet de mieux comprendre quelqu'un qui aime vraiment ce qu'il fait, ce qu'il a fait et ce qu'il continue à faire.

Darryl est né et a grandi à Sault Sainte Marie. Il a fréquenté le St. Mary's College et a travaillé comme étudiant à Algoma Steel dans le laboratoire de chimie. Pendant ses études au St. Patrick's College, non seulement il a obtenu son diplôme en 1965, mais il a épousé ma merveilleuse mère, Gail Jelley. Tous deux ont ensuite déménagé au Sault et sont retournés à Algoma Steel. Il était métallurgiste de recherche. C'est là qu'il a réalisé qu'il voulait enseigner. Être avec les gens, c'est ce que mon père est. Ils sont donc retournés à Ottawa et aussi à l'école, où mon père a obtenu sa maîtrise en sciences. C'est là que je suis né.

Nous avons tous déménagé à Sudbury en 1968 pour que papa puisse enseigner au Cambrian College. À Cambrian, papa est devenu le coordonnateur du département de chimie, de métallurgie et de physique et avait même une serre à l'extérieur de son bureau, puis il est devenu président de ce département pendant plusieurs années. Il est ensuite devenu doyen du département des sciences de la santé, des métiers et de la technologie. C'est à cette époque que j'allais également à l'école là-bas et nous prenions la soupe ensemble, la plupart du temps.

Toujours à Cambrian, papa a lancé le premier programme de chimie bilingue en Ontario, ainsi que le Centre de ressources en santé et sécurité au travail du Nord-Est de l'Ontario. Puis papa a lancé le Centre ontarien de formation en contrôle au sol. Il a également siégé au comité exécutif de l'Expo-sciences pancanadienne et était responsable des opérations lors de la première exposition à Sudbury. Pendant qu'il était à Cambrian, il a également été un membre fondateur du conseil d'administration du Centre ontarien de machinerie de ressources, et il a fait partie du projet de reverdissement de Sudbury lorsqu'il a commencé. Nous sommes même allés faire un tour pour voir ce qui se faisait. Il était également membre du comité consultatif du ministère de l'Industrie.

-----

Hailey : Au fil des ans, mon papa a été défini par de nombreuses caractéristiques différentes, à mon avis, être un visionnaire a été le plus précis. Mon papa avait une vision et, grâce à cette vision, il a créé une solution novatrice à un problème auquel de nombreuses personnes du Nord de l'Ontario étaient confrontées. Le 31 mars 1995 a marqué un grand moment dans l'histoire du Nord de l'Ontario. Mon père a fondé le Northern Centre for Advanced Technology, NORCAT. De nombreuses personnes de la région de Sudbury ont constaté un problème ; la population jeune migrait ailleurs pour trouver un emploi. Mon papa était parmi les personnes qui ont reconnu ce problème, mais il a plutôt trouvé une solution. NORCAT a été créée avec la ferme intention de créer des emplois par l'innovation, de ramener les jeunes dans le Nord de l'Ontario et de leur donner des emplois significatifs. Ayant fréquenté et obtenu un diplôme de la même université que mon papa, qui était apparemment située à l'extérieur du Nord de l'Ontario, NORCAT est la raison exacte qui m'a ramené à Sudbury.

Mon père a reconnu que Sudbury avait le potentiel de devenir un chef de file en matière de santé et de sécurité, non seulement à l'échelle régionale, mais aussi à l'échelle mondiale. Ce leadership contribuerait à la mise en œuvre de nouveaux programmes de formation en santé et sécurité dans toutes les industries. Il a aidé à lancer de nouvelles méthodes de prestation de la formation qui allaient devenir extrêmement influentes dans toute la région du Nord de l'Ontario. Au cours des premières années d'activité, NORCAT a été en mesure d'offrir les premiers programmes d'apprentissage en ligne dans l'industrie minière et, au cours des années suivantes, elle a également créé une marque extrêmement réussie et reconnue dans toutes les industries.

Du sous-sol du Cambrian College, à non pas un mais deux bâtiments, et près de 20 ans plus tard, NORCAT a étendu ses installations à plus de 70 000 pieds carrés. Le centre a été utilisé par des clients, des résidents à long terme, des services de formation et de développement, un incubateur et un espace événementiel. NORCAT possède également l'une des premières mines en exploitation dédiées à la formation. Cette installation unique a aidé plus de 1000 travailleurs à se préparer à entrer sur le marché du travail, à créer leur propre voie dans les affaires ou à acquérir l'expérience dont ils ont besoin pour réussir.

Tout au long de sa carrière, non seulement mon papa s'est investi corps et âme dans son travail, mais il a également participé activement à des comités. Parmi ceux-ci, mentionnons le Conseil des premiers ministres sur l'emploi et la prospérité (aux côtés de M. McGinty), le Conference Board du Canada, le Comité de l'innovation, le Comité des services et de l'approvisionnement miniers, le Conseil ontarien de la science et de l'innovation (aux côtés de M. Harris), et il siège actuellement au Conseil des régents de l'Université de Sudbury. Il a également reçu le Community Builders Award pour le développement économique et, en 2012, la prestigieuse Médaille du jubilé de diamant de la Reine.

Au printemps 2012, mon Papa a pris sa retraite. Non seulement NORCAT avait été sa carrière pendant plus de quinze ans, mais elle avait aussi été sa passion, son bébé et sa vie. Mais heureusement, la vision qu'il a partagée au départ sur la direction qu'il voulait donner à son organisation, a été poursuivie avec succès. Non seulement, mon papa a présenté sa vision au Nord de l'Ontario, mais il l'a également partagée avec ses employés.

Lorsque mon père m'a demandé de prononcer un discours, j'ai été très honoré. J'ai toujours admiré mon papa. Quand j'avais quatre ans, je rêvais d'avoir le travail de mon papa. Après avoir passé le congé de mars avec lui au travail, je suis rentré à la maison pour dire à ma famille que je savais ce que je voulais faire du reste de ma vie : "Je veux le travail de papa ! Je veux le travail de papa, parce que tout ce qu'il fait toute la journée, c'est s'asseoir devant son ordinateur, jouer à des jeux et glisser sa carte !". - J'étais loin de savoir que mon papa faisait bien plus que ça. Ce n'est que maintenant que je réalise que j'aspire vraiment à être exactement comme mon papa, et pas seulement parce qu'il joue à l'ordinateur toute la journée, mais aussi parce qu'il est l'une des personnes les plus travailleuses que j'aie jamais rencontrées. Il a saisi la bonne occasion de créer une solution pour le Nord de l'Ontario, tout en créant des emplois pour les jeunes, en les ramenant, et en s'assurant que les travailleurs rentrent chez eux en sécurité à la fin de la journée - et pour toutes ces raisons, je suis vraiment honorée de me dire petite-fille de Darryl.

Intronisés 2012

Bob Morin
Bob Morin

Mobile Parts Inc.

Né dans une petite ville du nord de l'Ontario en 1954, Bob Morin a grandi à Winchester au sein d'une grande famille de 16 frères et 4 sœurs.

Je ne peux qu'imaginer ce que c'était de grandir avec autant de frères et sœurs, mais je suis sûr qu'il y a beaucoup d'histoires à raconter !

Bob a déménagé à Sudbury en 1971 où il a terminé ses études secondaires à l'école secondaire Lasalle. Après l'école secondaire, Bob a déménagé à Cornwall où il a obtenu ses certificats de technicien de camions et d'autocars et de technicien d'entretien automobile.

Il a travaillé pour Canadian Tire à Cornwall en tant que directeur du service jusqu'en 1979, après quoi il a dirigé Rosemount Tire à Brockville. C'est là qu'il a rencontré sa future épouse Lori.

Lors d'une sortie familiale au chalet d'un de ses frères en 1981, Bob a eu un accident de plongée où il a brisé plusieurs vertèbres et sectionné des nerfs dans son cou, le laissant paralysé. Un tel événement qui a bouleversé sa vie ne l'a pas découragé.

Les médecins n'étaient pas optimistes, mais Bob a surmonté la paralysie et, bien qu'il ne soit pas en mesure de continuer à travailler comme mécanicien, il a persévéré et a utilisé son expérience et ses connaissances en matière d'automobile pour faire évoluer sa carrière sur une autre voie.

Après son rétablissement, il retourne à Sudbury et commence à travailler pour son frère, Roger, chez Mobile Parts Inc. en tant que vendeur externe. À l'époque, Mobile Parts Inc. était fortement concentrée dans le domaine des pièces de camion et fonctionnait à partir d'un petit emplacement sur la route 69 à Val Caron. Une diversification progressive dans l'industrie minière a permis à l'entreprise de se développer considérablement et Bob est devenu le directeur général en 1990.

Bob a vu les hauts et les bas de l'industrie minière et a aidé l'entreprise à se développer, passant d'une dizaine d'employés à son effectif actuel de plus de 60 personnes. MPI-Mobile Parts Inc. est maintenant un fournisseur mondial de pièces minières à part entière qui sert des clients dans plus de 30 pays.

La fabrication de véhicules souterrains à usage spécial est une partie importante de l'entreprise et Bob en est très fier. La qualité et le service sont # 1 et rien ne quitte l'atelier sans avoir subi des inspections et des tests approfondis. Certifiée ISO, MPI a toujours été axée sur la qualité, et Bob l'inculque continuellement à ses employés. Service, Service, Service est quelque chose que nous entendons souvent au bureau !

Pendant les récessions de 1990 et 2008, Bob a vu des opportunités de développer l'entreprise en s'étendant au marché de l'exportation. Il a dirigé son équipe de vente, établi des contacts à l'étranger et obtenu de nouveaux clients dans plusieurs pays. Il a également contribué à l'obtention de nouveaux contrats de pièces auprès de plusieurs sociétés minières canadiennes.

Ces deux initiatives ont permis d'augmenter les ventes et ont été une des raisons pour lesquelles MPI a pu survivre et même prospérer pendant les périodes difficiles.
Bob a définitivement traversé la "tempête" minière des récessions et des périodes fastes et a pu faire évoluer l'entreprise vers ce qu'elle est aujourd'hui grâce à son dévouement et sa persévérance.

Il travaille tout le temps (c'est ce qu'il semble), et un emploi de neuf à cinq ne fait pas partie de son vocabulaire ! Il est un lève-tôt - souvent au travail avant 7 heures du matin, et je l'ai souvent entendu me dire qu'il avait pensé à ceci ou cela à 3 heures du matin.

Il travaille tard et même lorsqu'il est censé être en vacances, nous recevons des appels de lui au bureau, et il n'est jamais loin de son ordinateur portable.
Depuis l'aube des téléphones portables, Bob en a un collé à ses hanches.

Rhonda, notre responsable des achats, se souvient du grand téléphone Motorola avec la grosse antenne et du téléphone à sac satellite qu'il avait l'habitude de porter sur lui, Dieu merci pour le petit iPhone qu'il a maintenant. Remarquez, s'il avait encore un de ces grands téléphones, peut-être n'aurait-il pas perdu son iPhone.... deux fois l'année dernière !!!!!.

Bob est un golfeur passionné, bien qu'il ne sorte pas autant qu'il le devrait. Il aime passer du temps avec sa famille, sa femme depuis 24 ans - Lori, ses trois enfants David, Jentje et Korina et ses 5 petits-enfants (et un autre en route !).

Bob et Lori sont des snow-birds de Floride et apprécient un peu de temps d'arrêt au soleil pendant nos froids mois d'hiver. Dès que Bob voit de la neige au sol, il a hâte de remballer le camping-car et de partir. Plus que quelques semaines à tenir Bob !

Pour conclure, je suis honoré d'avoir pu partager avec vous tous ce matin un petit aperçu de la vie de Bob.

Son travail acharné et son dévouement sont une source d'inspiration et une indication de ce qu'une petite entreprise familiale peut accomplir lorsque vous avez des personnes persévérantes et tenaces comme Bob à la barre !

FÉLICITATIONS POUR CETTE RÉALISATION !

Rick Lemieux Sr
Rick Lemieux Sr

Ancien propriétaire de RDH

Bonjour Mesdames et Messieurs, C'est un grand plaisir pour moi de présenter mon père lors de l'intronisation du MineConnect Hall of fame de cette année. Je tiens également à féliciter Bob Morin pour sa nomination.

Rick Lemieux est né en 1950 et a grandi sur une ferme à Alban, en Ontario, avec cinq frères plus jeunes. Même à un jeune âge, il était fasciné par les machines et, étant sur une ferme, il était toujours entouré de différents types d'équipement.

On pourrait penser qu'il aurait eu de quoi s'amuser et s'occuper, mais apparemment non. À l'âge de huit ans, il a décidé de concevoir et de construire son premier prototype de kart.

Il a maintenant réalisé que pour réussir, les plus grands obstacles étaient le temps et l'argent. Le plus important était l'argent et il était assez clair que trouver des bailleurs de fonds pour son projet n'était même pas envisageable. Il devait donc concevoir avec ce qu'il pouvait trouver à la ferme. L'autre obstacle était le temps. Imaginez maintenant que dans une ferme à cette époque, les heures étaient utilisées pour survivre et mettre de la nourriture sur la table et il était hors de question que mon grand-père accepte de jouer sur un kart, surtout que Rick était l'aîné des fils et qu'il y avait beaucoup de corvées à faire. Il a décidé un jour particulier, alors que ses parents étaient partis pour la journée, de démonter un rotoculteur de jardin et de le convertir en ce kart. Après un dur labeur, il roulait sur la route de gravier avec un sourire de réussite sur le visage. Même s'il lui manquait quelques petites "choses sans importance" ...... freins et embrayage........ il a réalisé qu'il pouvait faire tout ce qu'il voulait.

Le temps a passé et à l'âge de 17 ans, il a sauté sur l'occasion d'être apprenti en tant que mécanicien de poids lourds chez le concessionnaire John Deere local. Il est ensuite passé au secteur minier, où il a fini par devenir surintendant de l'entretien pour un entrepreneur minier.
Ce n'est qu'en mai 1985 qu'il a décidé de faire un saut dans l'inconnu et de se mettre à son compte. Je me souviens très bien de ce jour-là. Il savait qu'il avait besoin d'un assistant et, pour une raison quelconque, sans même que je le sache, j'avais tous les critères qu'il recherchait chez un bon employé - j'étais disponible et je travaillais pour pas cher.

Comme beaucoup d'entre vous le savent, on dit que le secret de toute entreprise qui réussit est un bon plan d'affaires. Et ce n'était pas une exception pour mon père a il avait tout bien pensé et planifié. Le jour où il m'a dit que nous allions nous lancer en affaires. J'ai dit : "Ok, que faisons-nous ensuite" ? Il a immédiatement répondu. "D'abord, nous allons nettoyer le garage dans la cour arrière et ensuite chercher du travail". Ce que j'ai appris cet été-là, à l'âge de 15 ans, c'est que tout ce dont on a vraiment besoin pour réussir dans la vie, c'est d'être déterminé et de travailler dur. Avant que nous le sachions, papa obtenait des contrats avec les usines de bois locales en tant que spécialiste des réparations diesel et hydrauliques. Peu de temps après, l'industrie minière a appris qu'il était en affaires et a commencé à faire appel à ses services car il était connu comme l'un des meilleurs techniciens de mise au point des jumbo.
L'entreprise s'est développée. Il a commencé à acheter de vieux équipements miniers que nous reconstruisions et, le plus souvent, il ajoutait un peu de son ingéniosité pour apporter ses propres améliorations, que ce soit pour des raisons de sécurité, de productivité ou de fiabilité, qu'il revendait comme un produit amélioré.

À l'arrivée du milieu des années 90, Rick commençait à créer ses propres produits et à la fin de 1999, son premier jumbo DrillMaster électrique/diesel hydraulique à une flèche était prêt à être lancé sur le marché. Je me souviens distinctement avoir demandé à mon père, qui était extrêmement satisfait de son nouveau produit, comment il allait pouvoir concurrencer les grands du forage et s'il ferait un jour une seule vente sur ce marché. Une fois de plus, il m'a montré qu'avec de la détermination et un travail acharné, il allait réussir. Il a continué à développer de plus en plus de modèles et aujourd'hui, on trouve ses équipements en service sur presque tous les continents - Europe, Asie, Afrique, Amérique du Nord et du Sud.

L'un des derniers produits qu'il a développés avant de vendre sa société en mars 2011, et dont je crois qu'il était le plus fier, était sa nouvelle chargeuse à batterie. Il avait vraiment le sentiment d'avoir mis au point un produit qui offrirait à l'industrie minière une solution aux problèmes de ventilation et répondrait à la demande sans cesse croissante d'un environnement minier plus sûr et plus propre.

Voici les autres réalisations de Rick au fil des ans :

  • Il a été le fondateur initial de Rock-Tech en 1999. Cette société est maintenant détenue par ses deux fils, ses deux neveux et son plus jeune frère.
  • Alors que RDH satisfaisait les penchants mécaniques de Rick, il était toujours à la recherche d'un débouché pour l'aider à satisfaire ses intérêts spirituels et musicaux. En 2001, Rick et sa femme, Danièle, se sont lancés dans une entreprise commerciale qui lui offrirait cette opportunité. Ils ont acheté un pavillon touristique rustique dans la région de Monetville et l'ont nommé Saenchiur Flechey Resort, le développant en un établissement de classe mondiale. Le centre de villégiature a permis à Rick de jouer de la musique, de guider des excursions en bateau ponton et de transmettre les traditions métisses et les légendes locales à ses invités. Le centre de villégiature continue d'offrir à ses invités des occasions uniques d'en apprendre davantage sur l'environnement et les cultures locales et, en septembre 2011, il a remporté le prix Edmond Chevrier de l'Ontario pour le tourisme, les arts et le divertissement.

Rick a remporté de nombreux autres prix au fil des ans, tels que :

  • Prix d'or de la région du Nord pour l'expansion des marchés pour l'excellence en matière d'exportation
  • Prix Phoenix pour l'exportation
  • Prix d'or pour l'expansion du marché de l'Ontario Global Traders

Je voudrais terminer en disant Papa, je suis très fier de vos réalisations et ce sont des gens comme vous, Bob Morin, les autres anciens intronisés au MineConnect Hall of Fame ainsi que tous les autres entrepreneurs actuels et passés de nos communautés qui ont fondé cette industrie grâce à leur courage, leur détermination, leur travail acharné et leur innovation.

Merci à tous.

Intronisés 2011

Mark Andrews
Mark Andrews

Wearwise Consulting

Bonjour, membres de MineConnect, membres nouvellement intronisés et membres du hall of fame, invités de marque, mesdames et messieurs.

Je suis sûr que c'est le rêve de tout professionnel de l'approvisionnement et des services miniers d'être un jour intronisé au Temple de la renommée de MineConnect. Qui aurait pu savoir qu'un jeune garçon de Kenora, ON, passerait son temps dans les mineures à vendre des motos et des motoneiges Yamaha, quitterait le jeu, jouerait pour l'autre côté à la mine Mattabi de Noranda, puis en 1979, reviendrait au jeu qu'il aimait, se joindrait à CIS et se rendrait au spectacle, complétant une carrière de 33 ans dans les grandes ligues. Aujourd'hui, ce rêve devient réalité.

Comme je l'ai déjà dit, Mark est né et a grandi à Kenora, en Ontario, où il a fréquenté l'école secondaire et travaillé pour l'entreprise familiale de motocyclettes et de motoneiges Yamaha en tant que vendeur et mécanicien de moteurs à deux temps. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il a accepté un poste de coordonnateur de l'entretien aux mines Mattabi de Noranda et, au cours de sa carrière de sept (7) ans, il a occupé divers postes de supervision au sein du service d'entretien. C'est là qu'il a appris qu'il doit y avoir une meilleure façon de faire.

En 1979, il a accepté un poste chez CIS à Cobalt, en Ontario, en tant que vendeur externe couvrant les clients de Val D'or à Wawa. À l'époque, l'entreprise comptait trois (3) employés et s'est rapidement étendue à trois (3) succursales au début des années 80. Lorsque les mines de minerai de fer Sherman et Adams ont fermé en 1989, cet événement a entraîné une réduction importante des revenus de CIS, et a conduit l'entreprise à repartir à zéro en déplaçant onze (11) familles à Sudbury et à commencer à reconstruire l'entreprise.

C'est à cette époque, il y a près de 25 ans, que je l'ai rencontré pour la première fois lors d'une réunion des concessionnaires ESCO canadiens qui s'est tenue à Port Hope, en Ontario. À l'époque, j'étais directeur général des opérations d'ESCO à Port Hope. Lorsqu'il était chez ESCO, Mark était connu de nous comme le "bandit" ..... C'est à cette époque que CIS, après la fermeture des mines de fer que le "bandit" a décidé de passer une grande partie de son temps dans le camp minier de Sudbury. Son lieu de rassemblement favori, son usine à moufles, la mine Coleman d'Inco. Le concessionnaire d'ESCO de l'époque, Master Welding, couvrait la région de Sudbury. Mark n'était pas autorisé à vendre des produits ESCO sur ce marché, il a donc fait en sorte que le concessionnaire ne vende aucun produit non plus. En 1991, je suis passé des opérations à la gestion des ventes et ma zone de responsabilité comprenait les concessionnaires du nord de l'Ontario ... bandits compris. Ma première tâche a été de déterminer pourquoi nos produits n'étaient pas vendus sur ce marché. Pour une raison quelconque, le personnel de vente de nos concessionnaires ne pouvait même pas se rendre sur la propriété d'INCO, plus précisément à l'atelier de réparation des poids lourds, pour promouvoir et vendre le produit. Je peux vous assurer que Mark y est pour quelque chose.

Pour faire court, le jour du Souvenir, le 11 novembre 1991, j'ai nommé CIS comme concessionnaire d'ESCO pour tout le nord-est de l'Ontario. À ce jour, CIS demeure le 10e concessionnaire d'ESCO en Amérique du Nord et fêtera l'an prochain son 50e anniversaire en tant que concessionnaire d'ESCO. Pendant son séjour chez ESCO, Mark m'a montré qu'il était un individu compétent, imaginatif, tourné vers l'avenir et intelligent.

J'ai rejoint CIS en 1996 et, au cours des 15 dernières années, j'ai eu le plaisir de travailler avec Mark, Mike Carriere et notre équipe pour construire et développer notre entreprise. Mark est d'abord et avant tout un vendeur ; il adore le frisson de conclure une affaire. Mark est également un spécialiste du marketing, pas au sens traditionnel du terme, mais il comprend vraiment ce qu'est le marketing. Le marketing consiste à identifier les besoins du client en matière de produits ou de services, à satisfaire ces besoins et à garder le client. Mark ne cherche pas à obtenir la commande ; il cherche à obtenir l'entreprise et, une fois qu'il l'a, il la transforme de manière à la conserver. Il suffit de demander à nos concurrents.

Au cours des vingt (20) dernières années, Mark a joué un rôle déterminant dans le développement et la mise en œuvre de produits et de services à valeur ajoutée uniques tels que Linerwear, le système de gestion des stocks et des revêtements d'usure de CIS et le concept de godets à coût par tonne pour l'industrie minière, ainsi que de nombreuses autres solutions d'ingénierie de l'usure.

Mon intention aujourd'hui n'est pas de vous vendre les concepts... demandez à nos clients... mais je veux vous faire savoir que l'héritage de Mark chez CIS est que ces réalisations et bien d'autres forment la base de la marque CIS sur le marché. Lorsque vous voyez nos camions noirs avec le logo CIS jaune vif, les gens de l'industrie se réfèrent à nous comme à l'entreprise de solutions d'usure et de godets. Mark a été, à toutes fins utiles, la "marque CIS" au cours des 30 dernières années ; on peut dire qu'il était notre "Steve Jobs" à nous. Ses innovations en matière de produits et de services ont fait de CIS un leader du marché des solutions d'usure innovantes. Il était passionné par le processus, le pilotait et réussissait à obtenir des engagements à long terme de la part du client. Il était le gars des ventes, du marketing, de l'ingénierie, des nouveaux produits et du développement commercial, plus tout autre chapeau qu'il portait pour faire avancer les choses. Notre défi pour l'avenir est que notre organisation reprenne la "marque CIS" et toutes les activités connexes qui ont conduit à son succès et qu'elle continue à innover et à fournir des solutions uniques à nos clients. Aujourd'hui, CIS est activement engagé dans l'exportation de ses produits et services à l'échelle mondiale, et a récemment signé un contrat de licence avec l'Australie et les États-Unis pour la fabrication de nos godets CIS RWM (à boulonner).

Mark, le vendeur et le spécialiste du marketing, nous a montré la vision, l'innovation, la persévérance et nous a inspiré dans la poursuite de l'excellence du service client.

En 2001, Mark est devenu actionnaire de CIS. Il a fondé Steelwear Limited qui a développé un logiciel de maintenance Linerwear et Bucketwear. Il y a quelques années, CIS s'est également engagé dans une coentreprise avec Ionic Engineering pour créer CIS Ionic Mining Systems afin de concevoir et de construire des équipements de circuit de boue.

Mark a récemment pris sa retraite en tant que vice-président des ventes le 1er septembre après une carrière de trente-trois (33) ans chez Carriere Industrial Supply Limited (CIS). Bien qu'il soit à la retraite, Mark continue de travailler à temps plein pour nous aider dans la transition, mais il réduira ses activités à deux jours par semaine en 2012. Au cas où il s'ennuierait à construire un avion dans son hangar, il a également lancé une nouvelle entreprise de conseil appelée Wearwise Consulting.

En conclusion, Mark est l'un des mécènes fondateurs de cette association. Les membres de MineConnect veulent que vous sachiez qu'ils sont très fiers de votre contribution à l'association et à l'industrie et vous souhaitent la bienvenue au MineConnect Hall of Fame.

Ce fut un plaisir d'être votre collègue et ami au fil des ans et c'est un honneur et un privilège de vous présenter comme l'un des intronisés de cette année au Temple de la renommée de MineConnect.

Bruce Diplock
Bruce Diplock

Dixon Electric Ltd.

Bruce a obtenu un diplôme du Humber College dans le cadre du programme de technologie des commandes électriques. De là, il a commencé sa carrière en tant que représentant commercial chez Canada General Electric, puis chez Asea dans le sud de l'Ontario. Il a également travaillé avec Télémécanique dans le domaine de la vente dans le sud et l'ouest de l'Ontario avant de déménager à Sudbury et de se joindre à Dixon Electric Ltd. en 1984, une entreprise de distribution en gros de produits électriques.

Au cours de sa carrière chez Dixon Electric Ltd, il a dirigé l'entreprise et favorisé sa croissance en faisant passer l'entreprise d'une succursale à quatre sites dans le nord-est de l'Ontario (Sudbury, Sault Ste. Marie, North Bay et Timmins). Avec ces expansions, Dixon Electric a vu son personnel passer de 9 personnes à plus de 50 personnes. Bruce et le personnel ont également fait de Dixon Electric un distributeur prospère et ont fait évoluer l'entreprise vers un fournisseur de solutions électriques intégrées.

Au niveau national, Bruce a été président du conseil d'administration de SEABELL (une division d'Independent Electrical Distributors, I.E.D.), membre du conseil d'administration d'Electro-Fed Canada et associé commanditaire et actionnaire actuel d'I.E.D. Il a reçu de nombreux prix de la part de ses collègues et partenaires d'affaires, dont certains :

Certificat de réussite, Cutler Hammer
Prix du marketing innovant, I.E.D.
Récompense d'excellence, Ouellett
Prix si croissance et soutien exceptionnels, Panduit Canada
Prix d'excellence General Partners, I.E.D.
Vous connaissez peut-être aussi Bruce par ses nombreuses activités caritatives. Bruce a été un fervent partisan des initiatives communautaires et mondiales, notamment les suivantes :

  • Banque alimentaire de Sudbury
  • Société canadienne du cancer
  • Habitat for Humanity
  • Canadian Feed the Children
  • Me to We construit des écoles en Ethiopie et en Haïti
  • Course pour le diabète juvénile
  • Libérez les enfants

Le texte suivant a été soumis par Jessica, la fille de Bruce Diplock.

"Plusieurs mains font un travail léger..." est une citation que mon père a souvent utilisée sur nous, les enfants, lorsque nous étions paresseux à nous lever de table pour aider à faire la vaisselle ou en de nombreuses autres occasions où nous ne contribuions pas assez. Dans le monde des affaires, cette citation témoigne de la forte croyance de Bruce dans la collaboration, le travail d'équipe et la valorisation de la contribution de toutes les parties impliquées dans un projet.

"Si tu étais la dernière personne sur terre..." est également une autre citation que mon père a utilisée sur nous, les enfants, tellement de fois que nous pouvons être enclins à rouler des yeux en l'entendant maintenant. Ce qu'il nous a appris, c'est à être orienté vers les solutions, à sortir des sentiers battus, à être motivé et à toujours chercher à en faire plus. Elle nous a également appris à faire nos propres sandwichs au beurre de cacahuète !
Souvent, lors de longs trajets en voiture, mon père jouait à un jeu avec nous. Il nous demandait quelque chose comme "Si nous faisons 80 km à l'heure et qu'il nous reste 30 km à parcourir pour atteindre notre destination, combien de temps nous faudra-t-il pour y arriver ?". Bien que cela semble être un grand jeu mathématique pour nous, les enfants, une fois qu'on nous avait posé ces diverses questions plusieurs fois, nous répondions "Pas encore papa !!". À long terme, ce que cela nous a appris, c'est l'importance d'enseigner et d'encadrer les autres et la valeur de la résolution de problèmes, ce qui a bien servi à tous ses enfants (Jessica, Brad et Jonathan) dans leurs carrières respectives.

La dernière citation que je voudrais partager avec vous est "Hey...pendant que tu es debout...." Si vous imaginez la famille assise en bas en train de regarder la télévision et que l'un d'entre nous se lève pour monter à l'étage pour une raison ou une autre, vous entendez invariablement mon père dire "Hé... pendant que tu es debout...", ce qui peut vouloir dire n'importe quoi, que vous pouvez lui apporter un verre d'eau ou aller pelleter l'allée. Avec cette citation, il nous a enseigné l'art inestimable de la délégation, du multitâche et de penser aux autres quand on pense à soi. Mais en fin de compte, d'essayer de se faufiler à l'étage sans être vu ni entendu !

Intronisés 2010

Ivan Beljo
Ivan Beljo

Rematech Industries

Ivan Beljo a travaillé dans le vignoble et la ferme de sa famille tout en fréquentant l'école primaire et le lycée en Croatie. Son père est décédé lorsqu'il avait 15 ans, laissant sa mère avec 13 enfants, dont le plus jeune n'avait que quelques mois. C'est alors qu'il a décidé de déménager à quelques heures de là et de commencer à travailler dans la construction pendant les mois d'été afin de gagner plus d'argent pour la famille. À l'âge de 18 ans, il a décidé de fuir le régime communiste de Yougoslavie qui les empêchait de vivre en tant que catholiques croates libres. De là, il s'est rendu en Autriche, et a finalement fait son chemin vers le grand pays qu'est le Canada.

Ne parlant que le croate et un peu l'allemand, il a commencé la peinture résidentielle avec des amis croates qu'il avait rencontrés. Après sept ans de cela, Ivan a appris que Rema Tip Top (qui était le nom original) embauchait. Il a entendu dire que le travail pouvait être stimulant et excitant. Il a accepté une réduction de salaire de la moitié de son salaire de peintre pour commencer cette nouvelle carrière en tant qu'apprenti en avril 1976. Après une semaine, il est devenu chef d'équipe et un an plus tard, ils ont fait de lui un associé. Un an après, il est devenu directeur de succursale. Il a toujours eu le don de simplifier les installations massives de courroies et les projets complexes de revêtement en caoutchouc. Il avait également besoin d'être le meilleur dans ce qu'il faisait, ce qui, je pense, était une technique de survie issue de ses premières années de travail. Il a commencé avec une équipe de quatre personnes et quelques aides à temps partiel dans un petit atelier et se trouve maintenant dans une toute nouvelle et magnifique installation de 20 000 pieds carrés et une main-d'œuvre qui culmine à 60 employés.

La loyauté inégalée d'Ivan a entraîné une très faible rotation dans tous les domaines de son entreprise. Faible roulement des employés, faible roulement des fournisseurs, faible roulement des clients. Il traite chaque employé, fournisseur et client avec le même niveau de respect, quel que soit leur rang. On lui a proposé de nombreuses lignes de produits au fil des ans. L'une d'entre elles en particulier offrait des contrats nationaux garantis à long terme qu'il a refusés pour une part beaucoup plus petite du gâteau à l'époque, afin de s'assurer un avenir à long terme basé sur la qualité. Il a fini par obtenir ces contrats à long terme, mais avec les lignes de produits de qualité avec lesquelles il a attendu. Cette recherche de la qualité lui a valu d'être reconnu comme "Entreprise croate canadienne de l'année" l'année dernière.

Bien qu'il s'agisse d'une entreprise fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ses employés sont automatiquement payés en heures supplémentaires les week-ends depuis qu'il est devenu directeur de succursale en 1978, même si ce n'était pas la norme dans l'industrie, parce qu'il croit que les week-ends sont du temps familial - c'est-à-dire, s'il n'y a pas de travail urgent en cours. Il était très important pour lui d'offrir à ses employés l'un des meilleurs ensembles d'avantages sociaux, et il a installé une salle d'entraînement dans notre nouveau bâtiment pour promouvoir un mode de vie sain. Une chose dont les employés d'Ivan ne se sont pas inquiétés lorsque Vale a fait grève, c'est d'être licenciés. Il n'a licencié personne depuis 35 ans.

On dit que derrière chaque homme bon se cache une femme encore meilleure. Rien de tout cela n'aurait été possible sans sa femme, Maria. Il a toujours su qu'il pouvait se concentrer sur son travail et qu'elle s'occuperait du ménage. Maria a développé un pied assez lourd à force de faire courir cinq enfants à travers la ville pour diverses activités.

Ma bonne amie Connie Houle dit toujours : "Le succès ne se mesure pas à la distance que vous avez parcourue, mais à celle que vous avez parcourue depuis votre point de départ". Ivan dit : " Quand je suis arrivé au Canada, je n'avais qu'une pièce de 25 cents dans ma poche ". Ivan, c'est un long voyage.

Bob Rappolt
Bob Rappolt

Stantec Mining

Bob Rappolt est né et a grandi dans le sud de l'Ontario. Son expérience professionnelle estivale va du travail à la ferme au travail à Berlin, en Allemagne (alors derrière le rideau de fer).

Il est diplômé de l'Université Queens en 1976, avec un diplôme en génie minier.

Peu de temps après l'obtention de son diplôme, Bob s'est joint aux opérations d'Inco à Sudbury et a travaillé sur diverses missions d'ingénierie.

En 1987, il s'est joint à la branche d'ingénierie de J.S. Redpath Limited, la société contractante canadienne. Jim Redpath avait toujours cru qu'une forte présence d'ingénierie était vitale pour le succès de la sous-traitance, et c'était une approche à valeur ajoutée qui était différente de celle de la plupart des entreprises de sous-traitance minière de l'époque.
Bob a rapidement dirigé le groupe d'ingénierie minière au sein de la branche ingénierie. Il était le leader du développement de budgets solides et de records de coûts - ce qui semblait être un défi pour beaucoup d'autres personnes dans l'ingénierie.

Il a également joué le rôle de facilitateur entre les ingénieurs et les entrepreneurs - et cette mission était parfois très difficile.

Au début des années 1990, Jim Redpath, qui était alors en semi-retraite, est revenu au bercail et a décidé que l'entreprise, qui s'était diversifiée, devait revenir à ses racines. L'un de ces domaines envisagés était le grand groupe d'ingénierie, qui comptait alors plus de 80 personnes. Il a alors vendu la société d'ingénierie à un groupe d'employés sélectionnés, dont Bob Rappolt.

Bob a obtenu le poste de vice-président et a dirigé les opérations canadiennes à partir de ce moment-là. Les premiers succès du groupe d'ingénierie ont conduit à un rachat total de J.S. Redpath Limited, et en 1996, l'ingénierie était totalement indépendante. Cette société a connu une série de changements de nom, pour finalement s'établir à McIntosh Engineering.

Bob a dirigé les aspects opérationnels à travers une série de succès. À la fin des années 1990, Barrick est devenu un client majeur sur une base durable. Bob a obtenu une mission au Kazakhstan avec Glencore. Quelques employés ont reçu ce que Bob aime appeler un "voyage en classe affaires tous frais payés" sur le site. En avançant de quelques années, Bob a continué à diriger l'entreprise avec une stratégie de croissance qui, bien sûr, a fini par être interrompue par les événements de septembre 2008.

À ce moment-là, Stantec avait racheté l'entreprise, mais cela n'a pas permis de garantir tous les emplois. Malheureusement, une trentaine de bonnes personnes ont perdu leur emploi et la situation devenait de plus en plus difficile. Au quatrième trimestre 2008, une action drastique était nécessaire pour maintenir le noyau de travailleurs. Bob a le don de détecter le potentiel commercial, et il a augmenté son temps en Saskatchewan. Il a toujours prêché la diversification des produits de base, et a senti venir une opportunité.

À la fin du mois de mars 2009, Bob avait presque à lui seul obtenu le succès de PCS pour la modernisation du puits de la mine Allan. Il continue à soutenir ce projet qui est actuellement en cours, dans les délais prévus, et dont l'achèvement est prévu pour le troisième trimestre 2011.

Puis un autre projet a vu le jour avec BHP. Encore une fois, Bob a dirigé les efforts en utilisant ses relations professionnelles pour négocier le contrat pluriannuel. Ce travail est en cours actuellement et le sera encore pendant un certain temps.

Ce bref aperçu ne représente que quelques-uns des points forts de la carrière de Bob. Il a connu le succès principalement grâce à ses relations honnêtes et directes avec les clients, et en développant une bonne équipe autour de lui.

Véritable gentleman et ami de beaucoup, Bob a vraiment mérité ce prix qui lui est décerné aujourd'hui par MineConnect.

Intronisés 2009

Franz Peter Matusch
Franz Peter Matusch

Copper Cliff Mechanical

Franz Peter Matusch est né en octobre 1945 à Olmütz Czecheslovakia - une enclave allemande déchirée par la guerre dans les Sudètes, une région contestée qui borde l'Allemagne d'avant la guerre mondiale.

Les premières années de la vie de Peter ont été difficiles. Son père a été tué avant sa naissance pendant les derniers jours de la guerre. Au début de l'année 1946, Peter, âgé de deux mois, et sa jeune mère ont été expulsés des Sudètes avec environ 500 000 autres Allemands de souche et déplacés vers des camps de colonisation et des petites villes à travers l'Allemagne. La famille a fini par s'installer à Oberstaufen, une petite ville située dans les contreforts des Alpes, dans le sud de l'Allemagne.

Dans sa jeunesse, Peter a appris de première main la valeur du travail acharné. Arrivé en Allemagne sans rien, Peter a dû gagner sa vie. Même lorsqu'il était un jeune enfant, il devait aider à fournir à sa famille les nécessités de la vie.

À 13 ans, après le remariage de sa mère et la naissance d'une sœur et de deux frères, Peter émigre à Kingston, en Ontario, où son beau-père commence à travailler comme mécanicien de chantier.

À peine adolescent, Peter entre immédiatement dans le métier de soudeur, travaillant après l'école et les week-ends avec son beau-père. Quittant l'école à 16 ans, il est devenu soudeur à plein temps dans les chantiers navals de Kingston, puis a passé sa jeunesse à suivre le travail à travers le Canada, d'un projet à l'autre.

Après s'être mariés en 1967, Peter et Renate Matusch se sont installés à Sudbury, en Ontario, où Peter a rejoint le syndicat des tuyauteurs. Ils se sont installés pour élever une famille.

En 1978, Peter a ouvert Copper Cliff Mechanical. Elle consistait en une vieille camionnette et un petit hangar de stockage en bois qu'il louait le long de Fielding Road à Lively. L'entreprise a commencé par fournir des services de base de plomberie et de tuyauterie à l'industrie locale - principalement à INCO.

Grâce à un travail acharné et à une attention caractéristique des Allemands aux détails et à la qualité, l'entreprise a connu une croissance rapide. Au début des années 1990, l'entreprise comptait 400 employés et 5 filiales, fournissant un large éventail de services de construction à l'industrie lourde dans tout le Nord de l'Ontario et au-delà.

Entre 1991 et 1994, l'économie du Nord de l'Ontario s'est effondrée. Le groupe d'entreprises CCM a également souffert. En 1994, alors que son entreprise était au bord de la faillite, Peter a commencé à reconstruire.

De 1995 au début des années 2000, l'entreprise a réémergé en tant qu'organisation plus diversifiée avec une base de clients plus large. Faisant preuve de la même résilience que Peter a apprise alors qu'il luttait pour se construire une vie dans l'Allemagne d'après-guerre, le Groupe CCM est redevenu un leader dans l'industrie de la construction du Nord de l'Ontario.

Aujourd'hui, le Groupe CCM continue de croître et de changer. Peter est enthousiasmé par les défis et les opportunités de la prochaine décennie. Bien que les magasins et les bureaux du Groupe CCM sur Fielding Road ressemblent peu à la cabane louée avec laquelle il a commencé en 1978, la fierté de Peter pour son entreprise est aussi grande qu'il y a plus de 30 ans, lorsque tout a commencé.

Ron Miller
Ron Miller

Miller Technologies

Ron est né à Hanover, en Ontario, en 1945. Il a fréquenté ce qui est maintenant le Mohawk College et a obtenu son diplôme de technologue en génie mécanique en 1967. Immédiatement après l'école, il a commencé à travailler pour Timberjack Equipment dans la division des équipements spéciaux à Woodstock, où il a participé à des travaux de conception personnalisés. En 198, Ron a appris que Jarvis Clark, à North Bay, était à la recherche d'un concepteur pour approfondir la configuration du Minejack pour les applications minières et il a de nouveau participé à un certain nombre de projets importants, tous issus du porteur du Minejack. Ron a dirigé l'équipe de conception chez Jarvis Clark pendant une dizaine d'années, dans diverses fonctions d'ingénierie et d'usine, en tant que concepteur, ingénieur en chef et directeur du service des produits.

Pendant cette période, l'usine est passée d'une station-service à Sudbury à une usine de fabrication de 400 employés à North Bay. Au cours de cette période, quelque 1500 machines ont été fabriquées, dans lesquelles Ron a assumé une responsabilité majeure en matière de conception. Jack Clark a commenté : "La capacité unique de Ron est qu'il peut traduire une spécification de conception en une machine pratique. Très peu de concepteurs ont ce talent".

Après le départ de Jack Clark de Jarvis Clark avant 1979 et avec les encouragements de Jack Clark, Ron a lancé sa propre entreprise de conseil en conception "Miller technology" en tant qu'entreprise unipersonnelle réalisant des travaux de conception personnalisés pour les sociétés minières et les fournisseurs.

Ron a pris l'initiative de développer son entreprise et a conçu son "Three Wheel Minekart" et a commencé à voyager et à vendre cette machine à travers l'Ontario et le Québec. Son succès a été atteint lorsque sa femme Nancy, la "responsable de la comptabilité", a vendu cinq unités par téléphone aux mines de Bousquet au Québec pendant que Ron chassait l'orignal.

Aujourd'hui, après 40 ans d'activité, l'entreprise emploie 30 personnes dans une récession difficile alors qu'elle avait un pic de 50 employés. Elle a des activités à North Bay et une installation de distribution de pièces à Sudbury.

Ron dit souvent aux gens "nous déplaçons tout sous terre sauf la roche".

Aujourd'hui, la société vend dans tout le Canada avec des ventes internationales aux États-Unis, au Chili, en Afrique et en Russie. Afin de maintenir la stabilité de l'entreprise, une division a été créée pour soutenir les marchés de la construction, des chariots élévateurs et des services publics dans tout le nord de l'Ontario. En 2003, l'entreprise a été récompensée par le Conseil national de recherches comme l'un des chefs de file de l'innovation au Canada.

L'entreprise est aujourd'hui dirigée par ses deux fils Chad et Kent tandis que Ron s'adonne à la pratique de divers aéronefs sur terre et sur glace ainsi qu'à la chasse et à la pêche. Ron siège au conseil d'administration de l'aéroport de North Bay.

Intronisés 2008

Robert S. Lipic
Robert S. Lipic

Mining Technologies International Inc.

Bob Lipic a eu une longue carrière dans l'industrie minière et est bien connu dans les cercles miniers internationaux. En tant que président et PDG de Mining Technologies International (MTI), Bob Lipic a passé plus de 30 ans à construire, consolider, développer et adapter son entreprise aux défis de l'industrie minière. Cette entreprise canadienne a été créée en 1995 à la suite de la fusion de plusieurs sociétés, dont les noms sont familiers à l'industrie minière : Drillex International of Canada, Continuous Mining Systems, LHD Equipment, John Clark Inc, Drillex U.S. Inc, CMS Pacific, et Drilco Australia PTY.

Bien que la société n'ait pas été immunisée contre les récessions du secteur, la poussée d'innovation de MTI lui a permis de prospérer et d'être compétitive sur les marchés nationaux et internationaux.

Mining Technologies International s'est établi et un fournisseur d'équipement minier extrêmement diversifié de produits incluant :

  • Outils de forage rotatifs (pour l'exploitation minière à ciel ouvert)
  • Outils de forage de levées (pour les levées de ventilation, les passages de minerai, les trous d'accès et les puits)
    Outils de forage dans le trou (pour le forage de production)

  • Tige de forage à circulation inversée (pour l'exploration minière)
  • Biens d'équipement (chargeurs souterrains, camions, jumbos de forage, foreuses de production, véhicules utilitaires, systèmes de transport ferroviaire, véhicules de transport de personnel et équipement de fonçage de puits)
  • Vérins hydrauliques et pneumatiques

L'entreprise compte actuellement plus de 300 employés dans la région de Sudbury et de North Bay. Les deux usines situées à Sudbury, en Ontario, fabriquent des biens d'équipement et des produits consommables, tandis que l'usine de North Bay fabrique des cylindres hydrauliques et pneumatiques largement utilisés dans l'industrie minière. Les trois installations fonctionnent actuellement à leur capacité maximale.

Bob Lipic a reçu plusieurs prix, dont Entreprise du Nord de l'Ontario - Entrepreneur de l'année en 2006, Prix d'excellence des bâtisseurs communautaires - Développement économique en 2006, Entreprise du Nord de l'Ontario - Entreprise de l'année 51+ employés en 1994 et Chambre de commerce de Sudbury et du district - Prix d'excellence en affaires - Entrepreneur de l'année 50+ employés en 1998. Il a récemment été mis en nomination pour le Prix du premier ministre pour les diplômés des collèges de l'Ontario. Bob Lipic est actuellement membre du conseil consultatif du Northern College, de MIRARCO et du Centre for the Commercialization of Mining Technologies and Services.

Don Rastall
Don Rastall

Rastall Mine Supply Ltd.

Don Rastall est né et a grandi à Huntsville, en Ontario. Son père, Ernest, était un homme d'affaires qui exploitait un petit garage. C'est là que Don a appris ce qu'est un bon service, des clients heureux et une solide éthique du travail en travaillant aux côtés de son père après l'école et le samedi, à l'âge de 11 ans.

Lorsque Don avait 17 ans, son père est soudainement décédé et Don a dû chercher un nouvel emploi et a été embauché par Bell Telephone.

Son premier emploi chez Bell était dans le département de la construction, mais l'entreprise s'est vite rendu compte que Don était un meilleur parleur qu'un grimpeur de poteaux, il a donc été transféré au département des ventes. Bien qu'il soit encore assez jeune, Don s'est vu confier un vaste territoire allant de Huntsville à Fort Francis, parcourant cette route pendant 3 ½ ans. Une partie de ses exigences professionnelles consistait à passer 10 semaines. Chaque année, il devait passer 10 semaines à l'école de marketing sponsorisée par AT&T, où il a beaucoup appris et où il pratique encore aujourd'hui certaines techniques qu'il a apprises à cette époque.

Don est finalement venu vivre à Sudbury et a rencontré sa femme Jackie Helpert en 1959, puis s'est marié en 1960. Ils ont deux enfants, Charles et Mari-Helen.

Don est allé travailler pour Helpert's Supply, qui était détenu et exploité par son beau-père Charlie Helpert, et y est resté pendant 15 ans, où il a travaillé comme vendeur.
Les expériences que Don a vécues lui ont permis d'en apprendre beaucoup sur l'industrie minière, car plusieurs de ses comptes incluaient ce secteur, comme Dravo, MacIsaac Mining et Redpath.

Il a remarqué à cette époque que les docteurs en forage modifiaient les clés à molette de 12 pouces pour qu'elles s'ouvrent plus largement, à la demande des mineurs qui les utilisaient.

C'est alors qu'une idée est née. Après de nombreuses recherches et un dévouement sans faille, Don a créé sa propre entreprise en 1975 avec très peu d'argent, mais avec la vision qu'il pouvait, d'une manière ou d'une autre, prendre l'idée d'une clé réglable modifiée et la réaliser, ce qu'il a fait.

Il n'a pas fallu longtemps pour que Don et Jackie emballent les clés à la maison et les envoient dans tout le Canada. Aujourd'hui, les clés sont fabriquées à l'étranger et sont expédiées dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, en Europe, en Australie et en Amérique du Sud.

Don a également constaté un besoin en matière d'attaches et a finalement décidé qu'il pouvait fournir des attaches de qualité supérieure aux mines existantes à Sudbury, comme Inco et Falconbridge. Il a rapidement pris de l'expansion pour desservir non seulement les mines, mais aussi les secteurs de la foresterie et de la construction à l'échelle locale, nationale et internationale. Rastall Mine Supply Ltd. est le plus grand fournisseur d'attaches dans le Nord et continue d'être un atout essentiel pour cette communauté en fournissant d'excellents produits et un service inégalé.

La route a été semée d'embûches, notamment un incendie catastrophique qui a réduit en cendres Rastall Mine Supply Ltd. et Rastall Tool Corp. en juillet 2000, mais grâce à la persévérance de Don et de son personnel dévoué, ils ont pu rapidement trouver un entrepôt temporaire et reprendre leurs activités en 48 heures.

La communauté est importante pour Don et il continue de faire des contributions à de nombreuses organisations formidables, notamment Centraide, le Centre régional de cancérologie d'Onario du Nord-Est et l'Hôpital régional, pour n'en citer que quelques-unes.

De nombreuses amitiés ont été nouées avec d'autres hommes d'affaires visionnaires de cette communauté. Ensemble, ils ont créé un précédent dans la manière de faire des affaires dans cette communauté et ce sont les hommes et les femmes qui les suivront qui bénéficieront de leurs années de collaboration, de dévouement et d'expérience.

Intronisés 2007

Fred Castron
Fred Castron

Cast Resource Equipment Limited

Fils d'un col bleu travaillant dans une mine à Penticton, en Colombie-Britannique, Fred a grandi dans les années 30 et 40 avec une éducation formelle limitée, mais il a développé un penchant pour les chiffres et une volonté d'apprendre qui lui serviraient plus tard comme jeune préposé aux pièces travaillant dans les entrepôts de Blackwood Hodge Equipment Limited.

Après une carrière de quarante ans chez Blackwood Hodge, dont les 24 dernières années à Sudbury, Fred a franchi de nombreuses étapes personnelles, y compris celle de directeur des pièces de la succursale de London jusqu'en 1970 et celle de directeur de succursale, puis de vice-président des opérations du Nord qui comprenaient Sudbury, Val D'Or, Timmins, Sault Ste Marie, Thunder Bay et Winnipeg. Il a pris sa retraite en 1994, mais pendant son mandat, il a profité de toutes les occasions d'accroître ses connaissances des produits des fournisseurs, des cours de développement personnel offerts par l'entreprise et des programmes de mentorat.

Sa carrière est devenue sa formation officielle et sa propre volonté de réussir a garanti qu'il y arriverait. En 1994, il a créé Cast Resource Equipment Limited avec son partenaire et ensemble, ils ont fait évoluer l'entreprise en un groupe de quatre sociétés qui emploient collectivement près de 75 personnes. Chez Cast Resource, son équipe a établi une nouvelle norme pour la remise à neuf des équipements souterrains en offrant une garantie sans précédent sur les machines neuves et des garanties sur le coût horaire.

Il a élargi la base de clients dans le monde entier pour inclure l'Angleterre, l'Irlande, les États-Unis, l'Afrique du Sud, l'Amérique du Sud et le Mexique. La société a été pionnière dans l'exploitation et l'entretien de la pelleteuse télé-robot dans les mines d'INCO Ontario.

Aussi impressionnantes que ses réalisations professionnelles, sont les innombrables heures de bénévolat auxquelles il a contribué, notamment ;

  • Entraîneur de nombreuses équipes de hockey et de baseball mineurs
  • Collecte de fonds pour diverses causes, notamment l'événement "Les enfants du cancer" qui a permis de collecter des fonds pour aider les familles hébergées pendant qu'elles sont loin de chez elles avec leurs enfants frappés par la maladie.
  • Plus de dix ans de collecte de fonds pour le Parti PC de l'Ontario, tant au niveau local que fédéral
    Membre exécutif local du CIM depuis plus de dix ans

  • La plus grande contribution jamais faite par une petite entreprise à Centraide en 2005.

Fred a été impliqué dans plus de $1 milliard de dollars de ventes d'équipements et de pièces détachées au cours d'une carrière de 54 ans. Tout récemment, Fred a ouvert un bureau au Nevada. Depuis ses humbles débuts, Fred s'est élevé au niveau de la direction grâce à son travail acharné et son dévouement à l'industrie et à sa communauté.

Conrad C. Houle

Tracks and Wheels Equipment Brokers Inc

"Le succès n'est pas la distance que vous parcourez, mais la distance que vous avez parcourue depuis votre point de départ." Une philosophie et une devise personnelles vécues et honorées par Conrad Houle, président de Tracks and Wheels Equipment Brokers Inc.

Houle a eu une bonne vie en grandissant. Une grande famille sans argent, il a toujours été bien entouré. Fils d'un mineur de roche dure, il était plus intéressé par le travail que par l'école. Houle dit que son esprit était mieux occupé lorsqu'il travaillait ou faisait un travail physique.

La plus grande expérience éducative de Houle a commencé dans le domaine des pièces détachées au milieu des années 50. Son éducation à l'époque était un directeur de mine du nom de Tino Luoma. Luoma a enseigné à Houle plus que les simples mathématiques et les affaires. Houle a appris que l'on pouvait prendre des chances et il sera toujours reconnaissant pour les pauses et les opportunités que Tino lui a données.

L'aventurier Houle a ensuite travaillé pour quelques autres entreprises, dont UH et Craig Auto Electric, qui lui ont donné l'occasion de progresser dans l'entreprise.

S'aventurant dans la vente d'équipement lourd, Houle a travaillé pour VOB Equipment, Brouzes Equipment, Sheridan Equipment, Equipment Sales and Service et Caterpillar Crothers Ltd. où il a appris le métier et a pu passer à son expérience d'apprentissage la plus passionnante.

Avec 20 ans d'expérience dans l'industrie de l'équipement lourd et un rêve, M. Houle, alors âgé de 42 ans, est devenu agité. Le 1er février 1980, avec $350 en poche, Houle et sa femme, Sheila, ont lancé ce qui est maintenant Tracks and Wheels Equipment Brokers Inc.

Opérant à partir de leur maison au début, les Houle achetaient et vendaient de l'équipement. Ils ont conservé une bonne clientèle parce qu'ils "allaient chercher ce que leurs clients voulaient". S'aventurer dans les grandes lignes a été l'un des meilleurs risques pour Tracks and Wheels. Ils peuvent fièrement dire qu'ils sont le plus grand concessionnaire Kubota de tout le Canada.

L'industrie minière reste toujours au cœur des activités de Tracks and Wheels, bien que l'ajout des gammes Case et Kubota ait considérablement élargi leur champ d'action, les propulsant au-delà des applications minières vers la construction et la foresterie également.

La fabrication joue également un rôle majeur, étendant la portée de l'entreprise dans l'arène mondiale. La ligne d'équipement "Mine-Master", développée et fabriquée par Tracks and Wheels, a été testée et approuvée par des géants de l'industrie tels que Xstrata et CVRD INCO.

M. Houle a bâti l'entreprise pour atteindre la taille actuelle de plus de 100 employés hautement qualifiés et motivés, travaillant à partir de cinq emplacements en Ontario et au Manitoba.

Tracks and Wheels est une société opérant à l'échelle mondiale qui s'en tient toujours à sa philosophie de base "Service-Service-Service".

Selon Conrad Houle, "Devenir plus gros n'est pas la chose la plus importante dans la vie, mais devenir meilleur et répondre aux besoins d'un client est l'aspect le plus important d'une entreprise. Malgré toute la concurrence, le principal ingrédient du succès est le service".

Houle fournit également un superbe service à la communauté dans laquelle il réside. Si vous organisez une collecte de fonds et que vous avez besoin de quelque chose, vous pouvez être sûr que Houle se mettra à la tâche. Il donne son temps, son énergie et son argent à de nombreux organismes de la région du Grand Sudbury. Au fil des ans, M. Houle a aidé le Centre régional de cancérologie de Sudbury, Centraide, les Grands Frères, la Croix-Rouge et a joué un rôle déterminant dans la mise sur pied du tournoi de golf " Coups d'espoir ".

Il n'y a pas un homme en ville qui peut rivaliser avec la nature généreuse de Houle. Il sait très bien que l'on ne récupère que ce que l'on investit, tant en affaires que dans la communauté dans laquelle on réside... et il fait les deux très bien.

Reconnaissances spéciales

Norm Tollinsky
Norm Tollinsky

Journal des solutions minières de Sudbury
Prix de reconnaissance spéciale

Norm Tollinsky est un journaliste chevronné et le rédacteur en chef fondateur du Sudbury Mining Solutions Journal. Il est titulaire d'un baccalauréat ès arts avec spécialisation en sciences politiques de l'Université McGill et d'une maîtrise en relations internationales de l'Université de Toronto.

Norm a commencé à écrire pour le McGill Daily. Il a été rédacteur en chef du Manitoulin Expositor, rédacteur en chef du journal communautaire de Sudbury, Northern Life, et a été le rédacteur en chef fondateur de Northern Ontario Business. Au cours d'une carrière de 40 ans dans le domaine de l'édition, il a également été directeur des opérations des journaux pour Robinson Blackmore Printing and Publishing à Terre-Neuve, directeur du marketing et de la recherche pour le département des ventes nationales de Thomson Newspapers et éditeur de ComputerWorld, une publication commerciale nationale destinée aux professionnels de l'informatique.

Après avoir occupé pendant quelque 17 ans divers rôles de gestion dans le secteur de la presse, Norm est revenu à la rédaction et à l'édition à plein temps en 2004. Il est également rédacteur en chef du Northern Ontario Medical Journal.

FR

Comment pouvons-nous aider ?

Catégories
Membres corporatifs
Membres associés
Info
Événements
Pages
Info
Nouvelles de l'industrie
Histoires de membres
Mises à jour de MineConnect
Appuyez sur
Fournisseurs
Automatisation et logiciels
Exploitation minière autonome
Communications
Mine numérique
Instrumentation
Télérobotique
Véhicules électriques à batterie
Consommables BEV
Entretien et réparations des BEV
Véhicules de l'homme BEV
Production de VEB
Sautage
Équipement de dynamitage
Services de dynamitage
Fournitures de dynamitage
Équipement de manutention des produits en vrac
Transporteur
Chutes de chargement et de déchargement
Logistique
Bennes et cages
Services de conseil
Ingénierie
Contrôle du sol
Laboratoires
Arpentage
Environnement
Équipement environnemental
Services environnementaux
Fabrication
Composites & Polymères
Fabrication de métaux
Équipement minier fixe
Composants fixes
Levage fixe
Entretien fixe
Traitement minéral fixe
Santé et sécurité
Équipement de protection individuelle
Renseignements sur la sécurité
Formation
Main d'œuvre
Sécurité sur le lieu de travail
Atelier d'usinage
Chroming
Traitement thermique
Soudage
Entrepreneurs de mines
Fournisseurs de béton
Équipement et services géologiques
Entrepreneur principal
Service et approvisionnement
Équipement minier mobile
Maintenance mobile
Véhicules de l'homme mobile
Pièces détachées et consommables mobiles
Production mobile
Locations
Transport et logistique
Arpentage aérien
Entrepreneurs et maintenance
Route, rail et air
Ventilation
Automatisation de la ventilation
Équipement de ventilation
Services de ventilation
Associés
Comptabilité
Développement commercial
Consultation
Éducation
Financier
Santé et sécurité
Hospitalité
Assurance
Marketing et médias
Autre
Recherche et développement
Utilitaires

MineConnect Fournisseurs

Automatisation et logiciels

Automatisation et logiciels

Une technologie intelligente qui optimise la production minière et le traitement des minéraux grâce à des informations en temps réel disponibles à la surface, notamment la ventilation à la demande, la télérobotique, les systèmes de communication, la conduite de véhicules autonomes, la surveillance du personnel et des équipements.

Voir les fournisseurs

Véhicules électriques à batterie

Véhicules électriques à batterie

L'un des changements les plus innovants et les plus respectueux de l'environnement dans l'exploitation minière souterraine est l'introduction d'équipements souterrains alimentés par batterie. Les membres de MineConnect mènent le développement de l'électrification et sont des pionniers dans l'industrie.

Voir les fournisseurs

Sautage

Sautage

Le dynamitage comprend tout l'équipement connexe nécessaire pour faire sauter la roche dure, y compris l'équipement/les appareils de forage et les consommables tels que les trépans, les explosifs et tous les autres composants connexes pour faire détoner une charge.

Voir les fournisseurs

Équipement de manutention des produits en vrac

Équipement de manutention des produits en vrac

Cette catégorie est centrée sur la fabrication d'équipements utilisés pour la manutention de matériaux secs et saturés, y compris les machines stationnaires telles que les bandes transporteuses et les équipements mobiles tels que les chargeurs.

Voir les fournisseurs

Services de conseil

Services de conseil

Englobe tous les services de soutien nécessaires à la bonne conception d'un site minier et d'installations de traitement des minéraux, y compris les entreprises d'ingénierie, d'approvisionnement, de construction et de gestion.

Voir les fournisseurs